Le Seco et le KOF abaissent leurs prévisions

SuisseLe brusque ralentissement enregistré au troisième trimestre a provoqué une révision à la baisse des prévisions de croissance pour 2018 et 2019.

La consommation des ménages devrait repartir à la hausse dès 2020.

La consommation des ménages devrait repartir à la hausse dès 2020. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les économistes du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) se montrent moins optimistes pour la conjoncture suisse. Leurs prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) ont été nettement revues à la baisse, tant pour 2018 que pour 2019, indique un communiqué mardi.

Le PIB est attendu en hausse de 2,6% en 2018, contre 2,9% escompté lors des prévisions de septembre. Pour 2019, le Seco table sur une progression de 1,5% alors qu'une avancée de 2,0% était attendue auparavant.

La révision des prévisions à la baisse intervient après le brusque ralentissement enregistré au troisième trimestre, avec une contraction de 0,2%. Le commerce extérieur suisse a enregistré un net recul dans le sillage de l'essoufflement de la croissance mondiale et l'appréciation du franc. La demande intérieure n'a pas non plus fourni d'impulsion, détaille le Seco.

Un taux de chômage en légère hausse

Malgré la «très bonne tenue» du marché du travail, avec un taux de chômage attendu pour 2019 à 2,4%, les perspectives relatives à la consommation privée demeurent mitigées. Le renchérissement devrait s'inscrire à 0,5% en 2019, contre 0,8% escompté précédemment.

L'économie devrait retrouver son élan en 2020, avec une croissance attendue à 1,7%. Au bénéfice de la hausse des salaires réels, la consommation des ménages, en particulier, devrait retrouver de sa vigueur et les investissements devraient continuer de progresser «à un rythme soutenu». Le taux de chômage devrait légèrement progresser à 2,5% et le renchérissement s'établir à 0,8%.

Le KOF également

Les économistes interrogés par le centre d'études conjoncturelles KOF ont revu mardi à la baisse leurs prévisions pour la croissance helvétique cette année. Ils ont suivi les autres instituts qui ont récemment baissé leurs prévisions.

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse doit progresser de 2,6% en 2018, soit un taux inférieur aux 2,7% pronostiqués lors de la précédente estimation du Consensus KOF en septembre, a indiqué l'institut dans un communiqué. Pour 2019, l'estimation de hausse du PIB a été abaissée à 1,6%, contre 1,7% précédemment.

Après le faible montant des investissements des entreprises enregistré au troisième trimestre, les 21 économistes sondés tablent sur une progression des investissements en biens d'équipements de 3,5% en moyenne en 2018 et 2,3% en 2019, contre respectivement 4,1% et 3,0% auparavant.

Une inflation faible en 2019

Pour les investissements dans la construction, une hausse de 1,4% est attendue cette année et de 0,8% en 2019, alors que les estimations précédentes s'établissaient à respectivement 1,6% et 0,9%.

Au sujet de l'évolution des prix à la consommation, les économistes sont plus optimistes et tablent en moyenne à une inflation de 1,3% en 2019, contre 1,1% précédemment. Les attentes au niveau du marché de l'emploi sont restées peu changées, avec un taux de chômage attendu à 2,6% en 2018 et l'an prochain.

Sur le marché des devises, le franc devrait s'échanger à 1,13 pour 1 euro dans les trois prochains mois et à 1,15 pour un euro dans les douze prochains mois. (ats/nxp)

Créé: 18.12.2018, 09h55

Articles en relation

Economiesuisse réduit ses prévisions de croissance

Suisse L'association faîtière reste confiante pour l'année en cours mais prévoit que le tableau va s'assombrir en 2019 en Suisse. Plus...

La croissance des salaires au plus bas en 2017

Travail Selon l'Organisation internationale du travail, Les salaires sont insuffisants pour honorer les besoins de nombreuses personnes dans de nombreuses régions du monde. Plus...

Croissance mondiale ralentie plus que prévu

Washington La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a prévenu d'une baisse du PIB mondial en raison des conflits commerciaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.