Le billet controversé de 1000 francs sortira fin 2019

Billet de banqueLa Banque nationale a présenté le nouveau 50 francs. Elle a été questionnée sur le billet de 1000 très prisé dans le blanchiment.

La graphiste lucernoise Manuela Pfrunder a présenté hier le nouveau billet de 50?francs, qui sortira mardi. Sur le recto, une main en action, et au verso, un lieu réel en Suisse combiné à une activité en lien avec le thème du vent et de l’aventure.

La graphiste lucernoise Manuela Pfrunder a présenté hier le nouveau billet de 50?francs, qui sortira mardi. Sur le recto, une main en action, et au verso, un lieu réel en Suisse combiné à une activité en lien avec le thème du vent et de l’aventure. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour une fois, pas de politique monétaire. Mais tout d’abord de l’art, et une bonne dose de sentiment national. Les trois membres du directoire de la Banque nationale suisse (BNS), Thomas Jordan, Fritz Zurbrügg et Andréa Maechler, ainsi que la graphiste lucernoise Manuela Pfrunder, étaient visiblement soulagés et fiers de pouvoir présenter mercredi à Berne la première coupure de la nouvelle série de billets de banque.

D’une valeur de 50 francs, elle sera mise en circulation mardi prochain, tout d’abord aux guichets de la BNS, puis quelques jours plus tard aux bancomats. Elle arrive avec cinq ans et demi de retard à cause de différents problèmes de production dus au renforcement de la sécurité contre les contrefaçons.

Le billet de 20 francs, déjà en production, suivra dans environ un an. Puis viendront les coupures de 10, 200, 1000 et de 100 francs, à des intervalles de six à douze mois, un ordre qui est le miroir inversé de leur importance, les dernières coupures étant celles qui sont les plus utilisées. Elles doivent être produites à la fin pour des questions de logistique. La 9e série sera dès lors entièrement en circulation dans le courant de 2019, et l’actuelle (la 8e) pourrait être ensuite retirée un an et demi plus tard, soit autour de 2021.

Les bijoutiers genevois aiment le billet de 1000 francs

Le directoire de la BNS s’est fait rattraper par la réalité en fin de conférence. Il a dû quitter le monde enchanteur des arts graphiques en répondant à une question lancinante. Mais pourquoi la Suisse produit-elle encore des billets de 1000 francs, alors que des banques centrales pensent supprimer les plus grosses coupures pour lutter contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent?

«Nous sommes au courant de ces discussions, mais nous avons décidé de produire une nouvelle coupure de 1000 francs car nos données nous montrent que ces billets sont toujours très utilisés dans des transactions courantes», a expliqué Thomas Jordan. En fait, «le volume de billets en circulation s’est constamment accru en Suisse ces dernières années», a poursuivi le président de la BNS. L’institut d’émission expliquait à une autre occasion que la demande de numéraire (billets et monnaie) augmente lorsque les taux d’intérêt sont bas et lors de crises financières, mais aussi politiques.

Véritables thésaurisations

Il faut savoir que les billets de banque suisses en circulation correspondent à près de 67 milliards de francs, dont 62% (41 milliards) de la valeur sont représentés par des coupures de 1000 francs. En deuxième position viennent les billets de 100 francs (17%, 11 milliards), puis les billets de 200 francs (14%, 9,5 milliards).

On se rappelle à ce propos que le Conseil fédéral voulait que soit limitée à 100'000 francs la possibilité de régler des achats en liquide, dans le cadre de la révision de la loi contre le blanchiment d’argent. Mais les bijoutiers genevois et zurichois, ainsi que les marchands de voitures, de métaux précieux et d’art ne voulaient pas de cette limite.

De sorte que la nouvelle ordonnance sur le blanchiment d’argent, entrée en vigueur au 1er janvier 2016, permet des achats supérieurs à 100'000 francs en cash pour autant que l’acheteur se fasse enregistrer, ou que la transaction passe par un intermédiaire. Dans son rapport explicatif publié en novembre 2015, le Département fédéral des finances expliquait pourtant que les entreprises concernées sont peu nombreuses, et qu’elles sont «très rares à négocier des transactions de plus de 100'000 francs en espèces». (24 heures)

Créé: 07.04.2016, 16h05

Les nouveaux billets de banque répondent aux exigences traditionnellement élevées de la Suisse en matière de sécurité du numéraire. Ils sont dotés de nombreux éléments de sécurité, dont certains sont nouveaux et d’autres ont déjà fait leurs preuves. Différentes techniques ont permis d’intégrer ces éléments dans le substrat à trois couches novateur (Durasafe®). La nouvelle série de billets se distingue par des éléments de sécurité complexes alliés à un graphisme sophistiqué, ce qui rend la contrefaçon des coupures d’autant plus difficile. Sur son site, la Banque nationale expliquent 13 points de sécurité.

Une Suisse libérée, sans figure tutélaire

Le thème de la nouvelle série de billets de banque n’est plus «La Suisse ouverte au monde», mais «La Suisse aux multiples facettes». Ce nouveau fil rouge a permis «d’harmoniser plus facilement les premiers projets, de représenter magnifiquement notre pays et de disposer d’une marge de liberté plus grande pour leur conception», selon Thomas Jordan, président de la Banque nationale suisse. Pour mémoire, le défi d’un nouveau billet est de lier nouvelle technologie (et la lutte contre les contrefaçons) et mémoire culturelle d’une nation.

Sur le recto de chaque billet, le portrait d’une personnalité historique suisse a donc été remplacé par une main en action. Cette dernière illustre les six différentes «histoires» racontée par les six coupures et dont l’objectif est d’étendre la présence humaine à l’ensemble de l’humanité.

Au verso de chaque billet se trouve un lieu réel en Suisse, qui, combiné à un objet figuratif (une ébauche de montre, un papillon, un parapente, un bisse, etc.) «montre où et comment le thème de chaque coupure peut être expérimenté en Suisse», précise à son tour la graphiste, Manuela Pfrunder.

Les six histoires racontées à travers les nouvelles coupures sont celles du temps et du sens de l’organisation (10 francs), de la lumière et de la créativité (20 francs), du vent et de l’aventure (50 francs), de l’eau et de la tradition humanitaire (100 francs), de la matière et de la vocation scientifique (200 francs), et finalement de la parole et du goût de la communication (1000 francs). Loin d’être désincarnée, cette série vise avec justesse ce qui nous lie à l’universel.

Articles en relation

Et voilà le nouveau billet de 50 francs!

Suisse La BNS vient de dévoiler la nouvelle coupure. Elle met en avant le vent et l'aventure et sera en circulation dès mardi prochain. Plus...

La BCE pourrait distribuer 1300 euros à chaque citoyen

Inflation La Banque centrale européenne pourrait se permettre de distribuer directement 1420 frs à chaque citoyen de la zone euro. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...