Le bitcoin intéresse désormais les régulateurs

FinancesLe marché de la cryptomonnaie demeure extrêmement volatil et les niveaux atteints en décembre ne seront pas revus de sitôt.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Entre un intérêt amenuisé des particuliers et des régulateurs plus sévères avec les cryptomonnaies, le marché du bitcoin traverse une période houleuse, même si certains acteurs du secteur croient encore dans l'avenir de la première cryptomonnaie.

Après une fièvre d'achat fin 2017 et une chute spectaculaire au début de l'année, le cours du bitcoin, toujours morose, a de nouveau reculé ces dernières semaines.

«La baisse des prix est une correction saine, après la folie de fin 2017», a affirmé à l'AFP Kyle Samani, créateur en octobre d'un fonds dédié aux cryptomonnaies, Multicoin Capital, qui gère 50 millions de dollars (47,7 millions de francs) pour des investisseurs privés.

Mais s'il assure que la première cryptomonnaie devrait profiter de l'intérêt global pour le secteur, son fonds ne parie pas sur une hausse des prix du bitcoin, à l'instar d'autres acteurs qui privilégient d'autres cryptomonnaies aux performances plus impressionnantes ou aux technologies plus innovantes.

«Les performances quotidiennes spectaculaires de 2017 paraissent bien loin», a souligné Jordan Hiscott, responsable investissement de la plateforme de marché en ligne Ayondo Markets.

Face au reste du marché des cryptomonnaies, le bitcoin a reculé et ne représente plus qu'un peu moins de 40% du volume des transactions, selon les données du site Coinmarketcap.com, contre 80% il y a encore quelques mois.

La bulle éclate

Signe de l'essoufflement, le nombre hebdomadaire de recherches sur Google avec le terme bitcoin a été divisé par plus de cinq depuis l'apogée de l'intérêt pour la cryptomonnaie, atteint la semaine du 17 au 23 décembre.

Le bitcoin évolue fin mars autour de 8000 dollars, selon les prix compilés par Bloomberg, contre 19'511 dollars fin décembre.

Les analystes de Morgan Stanley ont souligné dans une note publiée début mars que les aléas du bitcoin reproduisent fidèlement le cycle de la bulle financière sur les valeurs technologiques de 2000, «sauf qu'il se produit 15 fois plus rapidement», précisent-ils. Depuis son lancement en 2009, la cryptomonnaie a toutefois déjà perdu environ 90% de sa valeur à deux reprises, en 2011 et en 2015, avant de repartir de plus belle.

«Je ne serais pas surpris si les prix tombaient à 5000 dollars ou remontaient à 10'000 dollars», a résumé Craig Erlam, analyste pour Oanda, le marché demeurant extrêmement volatil. Il estime cependant que les niveaux atteints en décembre ne seront pas revus de sitôt.

«La raison de détenir des bitcoins vient d'une croyance dans le fait que la cryptomonnaie sera adoptée partout» et les investisseurs qui conservent encore les leurs sont ceux qui persistent dans cette vision, a-t-il rappelé.

Des régulations bienvenues?

Dans un marché qui reste instable, les observateurs peinent à expliquer la baisse, même si certains font le lien avec des réglementations plus sévères. Les gendarmes financiers des plus grands marchés du bitcoin, la FSA au Japon et le SEC aux Etats-Unis, ont multiplié les mises en garde et les actions contre les plateformes d'échanges.

Par ailleurs, les réseaux sociaux Facebook et Twitter ainsi que le moteur de recherche Google ont tous trois annoncé interdire les publicités pour les ICO, ces levées de fonds effectuées en cryptomonnaie.

«Sur le court terme, c'est négatif pour le marché», a reconnu David Drake, qui gère le fonds d'investissement LDJ Capital, qui possède des positions sur les cryptomonnaies. «Mais nous avons besoin de régulations», a-t-il expliqué à l'AFP. Alors que les acteurs du marché des cryptomonnaies se permettent des pratiques interdites aux marchés financiers traditionnels, «il faudra désormais respecter ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire» en matière de publicité, ajoute-t-il.

La «Baleine de Tokyo»

D'autres expliquent la volatilité du bitcoin par des ventes importantes d'acteurs historiques, qui s'étaient taillé des parts de marché énorme quand la cryptomonnaie balbutiait.

Ainsi un avocat japonais est chargé de liquider les quelque 200'000 bitcoins que la plateforme japonaise MtGox aurait récupéré, après s'être fait dérober 650'000 bitcoins en 2014, ce qui avait fait sombrer le site d'échange.

Fin mars, cet avocat, surnommé «Tokyo whale», ou «Baleine de Tokyo», a reconnu dans un communiqué avoir vendu une grande quantité de bitcoins entre décembre et février, et n'a pas complètement exclu de reprendre ces ventes.

«Avec un tel volume disponible, j'estime que les prix du bitcoin vont rester sous pression au moins jusqu'à ce que cette situation soit résolue», estime Jordan Hiscott. (ats/nxp)

Créé: 01.04.2018, 10h41

Articles en relation

Des ordis utilisés pour «miner» le bitcoin volés

Islande Quelque 600 ordis ont été volés en Islande dans le but de s'emparer de la monnaie virtuelle. Plusieurs personnes ont été arrêtées. Plus...

Faceboook menace, le bitcoin chute

Publicité Le réseau social a annoncé vouloir bannir la publicité pour les cryptomonnaies. L'effet se fait déjà sentir. Plus...

George Soros s'en prend à Trump et au bitcoin

Davos Le milliardaire a étrillé l'administration Trump à Davos jeudi, s'en prenant aussi aux géants d'Internet et au bitcoin. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

CarPostal franchit la ligne, paru le 16 juin
(Image: Valott) Plus...