Le franc suisse se renchérit encore

EconomieLa valeur de la devise suisse a encore augmenté, tant par rapport à l'euro qu'en comparaison avec le dollar.

La devise helvétique a signé un nouveau record depuis mi-2017.

La devise helvétique a signé un nouveau record depuis mi-2017. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le franc poursuivait lundi son mouvement de renchérissement face à l'euro et au dollar. Dans la matinée, la devise helvétique était passée sous la barre des 1,09 franc pour un euro, signant un nouveau record depuis mi-2017, dans un contexte de tensions internationales et de ralentissement conjoncturel.

A 11h30, la monnaie suisse s'échangeait à 1,0868 franc pour un euro, contre 1,0950 EUR/CHF vendredi à la même heure.

Depuis le début de l'année, le franc n'a cessé de se raffermir face à la monnaie unique européenne, la devise de son principal partenaire économique. Après s'être relâchée à 1,1477 EUR/CHF mi-avril, la paire de devises était passée sous la barre des 1,10 EUR/CHF fin juillet.

Aussi par rapport au dollar

Le mouvement est similaire par rapport au dollar avec un cours à 0,9755 USD/CHF, contre 0,9866 vendredi après-midi.

Cette tendance s'explique par l'accroissement des tensions autour du commerce international, «la récente dévaluation du yuan menaçant d'envenimer les fortes tensions entre les Etats-Unis et la Chine», a estimé Ricardo Evangelista, analyste chez Activtrades.

La devise chinoise dévissait en effet lundi face au billet vert, franchissant le seuil symbolique de 7 yuans pour un dollar, au plus bas depuis neuf ans, en plein regain de tensions sur le front de la guerre commerciale avec Washington.

Le franc, valeur refuge

Le président américain Donald Trump a fréquemment accusé Pékin de dévaluer artificiellement sa monnaie afin de soutenir ses exportations, alors que les deux pays sont engagés depuis plus d'un an dans un bras de fer commercial qui s'est traduit par l'imposition réciproque de droits de douane punitifs sur plus de 360 milliards de dollars d'échanges annuels.

«Un tel scénario aurait un impact négatif sur la croissance de l'économie mondiale et pourrait potentiellement se traduire par une récession», a ajouté M. Evangelista. Dans ce contexte, les investisseurs recherchent des valeurs refuges comme le franc, a-t-il précisé.

D'autres éléments pourraient également expliquer le raffermissement du franc. Selon Arnaud Masset, analyste chez Swissquote, «cela fait maintenant plusieurs mois que la situation entre les Etats-Unis et la Chine, et l'Iran, s'est détériorée sans pour autant avoir provoqué une ruée sur le franc suisse».

«L'envolée du franc suisse est d'avantage liée au revirement de politique monétaire de la Fed et, surtout, de la BCE», a estimé M. Masset.

La BNS en difficulté

Ce dernier a souligné que la Banque nationale suisse (BNS), qui tente d'enrayer une appréciation trop importante de la monnaie helvétique, se trouve dans une situation délicate.

Les avoirs à vue déposés auprès de l'institut d'émission ont augmenté la semaine dernière de 1,5 milliard de francs à 582,7 milliards.

A défaut d'annonce officielle par la banque centrale, qui ne commente quasiment jamais ses interventions, l'évolution des avoirs à vue est considérée comme un indicateur d'intervention de la BNS sur le marché des changes pour affaiblir le franc. Cette dernière achète pour ce faire des devises étrangères et inscrit le montant correspondant en francs sur les comptes des banques auprès de la BNS.

Avec des taux d'intérêt négatifs à -0,75%, la marge de manoeuvre de la BNS «est donc plus que limitée puisqu'un abaissement des taux forcerait les banques à répercuter ces charges sur les épargnants, alors qu'une forte accélération des interventions sur le marché des changes ont un effet marginal de moins en moins important», a précisé le spécialiste de Swissquote. (ats/nxp)

Créé: 05.08.2019, 15h30

Le SMI crève les planchers

La Bourse suisse s'enfonçait encore sur le chemin de la cave lundi à l'approche de la mi-journée, essuyant le plancher des 9600 points après avoir successivement crevé ceux des 9800 et 9700 points. Escalades dans les bisbilles commerciales sino-américaines et coréano-japonaises, tensions exacerbées entre l'Inde et le Pakistan autour de la région controversée du Cachemire, troubles persistants à Hong Kong ou encore arraisonnement par l'Iran d'un troisième pétrolier dans le détroit d'Ormuz n'étaient pas de nature à inciter les détenteurs de capitaux à sortir découverts. L'aversion au risque se poursuit en entame de semaine, alors que les places financières de Tokyo à Londres creusent leurs pertes de vendredi dernier, observe Activtrades.

Articles en relation

Le franc fort stimule la qualité des exportations

Suisse Depuis la suppression du cours plancher avec l'euro en 2015, la force du franc a cependant freiné les investissements et l'innovation, Plus...

L'électrochoc du franc fort a 4 ans

Suisse Au matin du 15 janvier 2015, alors que la Banque nationale suisse (BNS) venait d'annoncer l'abandon du taux plancher fixé à 1,20 franc pour 1 euro, ce dernier s'est effondré sous les 80 centimes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.