Le patron de Migros ne veut pas du salaire minimum

RémunérationsHerbert Bolliger ne veut pas entendre parler de salaire minimum bien que le géant orange ait déjà un accord en ce sens. Le patron de Migros invite ceux qui ne sont pas contents à changer de travail.

Herbert Bolliger, directeur général de Migros, s'oppose à un salaire minimum fixé par la loi.

Herbert Bolliger, directeur général de Migros, s'oppose à un salaire minimum fixé par la loi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Herbert Bolliger, le directeur général de la Fédération des coopératives Migros, refuse toute idée d'un salaire minimum: «La fixation des salaires dépend des partenaires sociaux afin que soient pris en compte les différences régionales et les spécificités des branches», explique-t-il dans une interview à la Berner Zeitung.

La Fédération a toutefois déjà conclu un accord avec ses partenaires sociaux pour que les travailleurs non qualifiés reçoivent 4000 francs par mois, comme le rappelle le patron du géant orange qui défend toutefois l'idée d'un apprentissage ou d'une formation. «Il est injuste de garantir à un jeune qui n'a rien appris qu'il pourra toucher 4000 francs par mois dès le début.»

Le peuple suisse est appelé à se prononcer le 18 mai sur l'instauration d'un salaire minimum.

Qui n'est pas content doit changer de travail

Herbert Bolliger refuse également de se faire influencer par les pratiques salariales de la concurrence et plaide pour la mobilité sociale, d'autant que la Suisse connaît un faible taux de chômage. «Qui n'est pas satisfait avec son salaire doit changer de travail.»

Le directeur général rappelle aussi l'importance des prestations sociales, «supérieures à la moyenne chez Migros» avec une convention collective de travail «exemplaire et une des meilleures caisses de pension».

A ceux qui lui reprochent de ne pas avoir de véritable partenariat social, il rappelle que deux représentants du personnel siègent au conseil d'administration. «La satisfaction des collaborateurs, que nous évaluons régulièrement, est élevée.»

(nxp)

Créé: 24.03.2014, 10h39

Articles en relation

Les entrepreneurs disent non au salaire minimum

Votation du 18 mai La Société suisse des Entrepreneurs (SSE) rejette l'initiative sur les salaires minimums, soumise en votation le 18 mai. Plus...

Les Suisses vivent mieux de leur salaire que leurs voisins

Conjoncture Les Suisses peuvent encore vivre de leurs salaires tandis que leurs voisins dans les pays de l'OCDE doivent davantage chercher des compléments. Mais en Suisse aussi, la quote-part salariale devrait diminuer d'ici 2020. Plus...

Quels sont les pays européens qui ont un salaire minimum?

Votation du 18 mai Alors que la Suisse devra se prononcer le 18 mai sur une initiative visant à introduire un salaire minimum, éclairage sur les pays qui ont instauré une telle norme ou qui y réfléchissent, comme l'Allemagne. Plus...

Paid Post

Prévoir pour vivre selon ses choix
vente/publireportage/Une-prevoyance-pour-vivre-selon-ses-propres-choix/story/17606836 Un nouveau-né sur deux atteindra 100 ans. Il faut donc prendre les devants. Par exemple avec un fonds de placement.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.