Les dirigeants de la banque Reyl auditionnés à Paris

Affaire CahuzacLes banquiers genevois François et Dominique Reyl sont convoqués mardi et mercredi par les juges du pôle financier de Paris, dans le cadre de l’affaire du compte non déclaré de l’ex-ministre français Jérome Cahuzac.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon une information parue dans Libération, François Reyl, directeur de la banque genevoise qui a hébergé les fonds suisse de Jérôme Cahuzac, doit être entendue ce mardi 29 octobre par les juges du pôle financier de Paris.

Double audition

D’après le quotidien français, François Reyl pourrait être mis en examen (inculpé en droit suisse) pour blanchiment. Son père Dominique Reyl, fondateur de l’établissement Reyl & Cie, qui a abrité les avoirs en Suisse de Jérôme Cahuzac, l’ex-ministre du Budget, devrait être à son tour auditionné mercredi.

François et Dominique Reyl doivent répondre à la convocation des juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire dans le cadre de l’information judiciaire ouverte le 19 mars dernier.

Tous deux risquent une mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Jérôme Cahuzac avait démissionné le 19 mars et avait reconnu posséder un compte bancaire dissimulé à l'étranger.

L’ex-ministre du Budget a été mis en examen par les juges du pôle financier du Tribunal de grande instance de Paris d’abord pour blanchiment de fraude fiscale, puis ensuite pour avoir omis de mentionner son compte bancaire caché à son arrivée au gouvernement français.

Compte transféré de Suisse à Singapour

Fin août, l'enquête avait été élargie à des faits de «déclaration incomplète ou mensongère de son patrimoine par un membre du gouvernement», référence au fait que Jérôme Cahuzac n'avait pas mentionné ce compte, qu'il avait transféré de la Suisse à Singapour, dans sa déclaration d'intérêt signée lors de sa nomination comme ministre.

L'existence de ce compte non déclaré de Jérôme Cahuzac, qui s'était fait le pourfendeur de la fraude fiscale lors de son mandat ministériel, avait été révélée en décembre 2012 par Mediapart.

Fin septembre, après avoir reçu les convocations des juges parisiens, la banque Reyl avait rappelé dans un communiqué «qu’elle a toujours pleinement collaboré avec les autorités suisses et fera bien évidemment de même avec la justice française, dans le strict respect du droit suisse».

Créé: 29.10.2013, 09h43

Articles en relation

La banque Reyl convoquée par la justice française

Affaire Cahuzac La banque genevoise Reyl & Cie a reçu jeudi une demande d'audition des juges d'instruction français. Plus...

Condamin-Gerbier, Messie en France, imposteur en Suisse

Evasion fiscale L'ex-cadre de la banque genevoise Reyl, témoin-clé de l'affaire Cahuzac, est détenu par les autorités suisses pour «espionnage économique». Paris crie à l'omerta. Pourtant, sa crédibilité est questionnable. Plus...

La banque Reyl dément la saisie de documents

Désaveu La banque genevoise Reyl, ancien employeur du Français Pierre Condamin-Gerbier, a opposé dans la nuit de mercredi à jeudi un démenti aux déclarations d'une source proche du dossier. Plus...

Cahuzac mis en examen pour un mensonge par omission

France L'ancien ministre français Jérôme Cahuzac a été mis en examen mercredi pour avoir omis de mentionner dans sa déclaration de patrimoine son compte bancaire caché à son arrivée au gouvernement. Plus...

Une perquisition chez Reyl conforte des dires de «PCG»

Affaire Cahuzac Des documents saisis lors d'une perquisition au siège parisien de la banque Reyl confortent certaines déclarations de son ex-cadre Pierre Condamin-Gerbier, selon une source proche du dossier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.