Les fronts se durcissent contre la Libra de Facebook

MonnaieMardi, un courrier de deux sénateurs américains adressé à des membres de l’association Libra a remis de l’huile sur le feu.

Le départ de Paypal montre qu’au sein même de l’alliance ayant donné lieu à l’association Libra, les esprits s’échauffent.

Le départ de Paypal montre qu’au sein même de l’alliance ayant donné lieu à l’association Libra, les esprits s’échauffent. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelques jours après une séance importante pour la libra à Washington, les sénateurs Sherrod Brown (Ohio) et Brian Schatz (Hawaii) ont expédié un courrier au ton presque injonctif à l’égard de Visa, MasterCard et Stripe.

Faute de détails et d’explications suffisantes en provenance de Facebook sur la manière dont l’entreprise compter gérer certains risques, tels que celui de financer le terrorisme ou de déstabiliser le système financier mondial, les deux hommes d’État «exhortent» les trois membres de l’association à réexaminer la situation avant d’aller de l’avant. «Vous devriez vous inquiéter du fait que les faiblesses des systèmes de gestion des risques de Facebook deviendront les vôtres. Or vous ne serez peut-être pas en mesure de les régler efficacement», écrivent les deux sénateurs.

Cette nouvelle embûche sur la route de la libra survient donc à peine quelques jours après l’envoi d’un autre courrier. Dimanche soir, le «Financial Times» dévoilait le contenu d’une lettre expédiée cette fois par Bruxelles dans le courant de la semaine dernière.

La libra divise l’Europe

Dans sa lettre, la Commission européenne pose à Facebook toute une série de questions finalement très proches de celles des sénateurs américains. Ce questionnaire élaboré à l’initiative de Valdis Dombrovskis, commissaire européen chargé des services financiers, devra servir à éclaircir plus concrètement les enjeux du projet américain et surtout la nécessité (ou non) d’établir un cadre légal pour cette fameuse monnaie.

Sur le front de la libra, les Européens avancent divisés. La France, par exemple, mène l’opposition. Il y a un mois, Bruno Le Maire estimait que «la souveraineté monétaire» des principales économies européennes était en jeu. «Nous ne pouvons pas autoriser le développement de la libra sur le sol européen», réagissait alors le ministre français de l’Économie dans un discours tenu lors d’une conférence à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur les cryptomonnaies.

Sans réelle unité, le sort de la monnaie numérique en Europe s’annonce compliqué. Bruxelles redoute en effet qu’un feu vert dans un pays ou l’autre du Vieux-Continent ne se transforme en passeport et ne permette à la libra d’opérer à travers toute l’Union. Récemment, Benoît Cœuré, membre du directoire de la BCE, a averti que «l’approbation réglementaire pour la libra sera très haute».

Dans nos journaux, Bertrand Perez, l’un des initiants de la cryptomonnaie de Facebook, affirmait vouloir «lister une à une» les craintes soulevées par les différents gouvernements afin de pouvoir les réduire.

Désaffection des membres

Le monde politique n’est pas le seul à s’interroger. Au sein même de l’alliance ayant engendré l’association installée à Genève, les esprits s’échauffent, ou plutôt se refroidissent. En tout début de semaine, suite à des fuites dans la presse dominicale américaine, PayPal a confirmé son retrait du projet libra. Pour seule explication, le service américain de paiement en ligne a répondu vouloir «se concentrer sur sa mission actuelle de démocratiser l’accès aux services financiers pour les populations mal desservies».

Cette décision tombe mal, puisque d’autres partenaires faisaient déjà part de leurs hésitations quelques jours plus tôt. Le «Wall Street Journal» évoque le risque de voir d’importants partenaires financiers se retirer de la libra. Visa, MasterCard et Stripe arrivent en tête de liste. Ces groupes auraient en tout cas refusé d’apporter un soutien public à la future cryptomonnaie.

Dans cinq jours, la signature d’une charte formelle devrait réunir, en Suisse, les 27 membres subsistant de l’alliance libra. Vu l’actualité foisonnante autour de cette monnaie, il est actuellement difficile de dire si, ce jour-là, tous seront présents autour de la table.

Créé: 09.10.2019, 19h08

Articles en relation

Libra: Paypal quitte le navire

Monnaie numérique Le projet de monnaie numérique de Facebook a subi vendredi un bâton dans les roues supplémentaires : son partenaire Paypal s'est désolidarisé. Plus...

«Facebook ne sera pas le seul maître de la libra»

Monnaie virtuelle Le promoteur de la libra, de passage à Genève, a salué le dialogue «très constructif» avec l'Autorité de surveillance des marchés financiers. Plus...

La France refuse le développement de la Libra

Cryptomonnaie Le ministre français des Finances estime que la souveraineté monétaire des États et la stabilité financière sont menacées par la cryptomonnaie de Facebook. Plus...

Le libra nécessitera l'aval de la Finma

Monnaie virtuelle Pour son projet de monnaie électronique libra, Facebook doit attendre l'aval de L'Autorité de surveillance des marchés financiers (Finma). Plus...

Les banques centrales craignent la Libra de Facebook

Numérique Le gouverneur de la Banque d’Angleterre propose de lancer une devise numérique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.