Les géants de la tech dans le viseur de Washington

ConcurrenceLe département américain de la justice va enquêter sur les pratiques anticoncurrentielles des plateformes en ligne.

L'enquête veut «s'assurer que les Américains ont le choix de la concurrence».

L'enquête veut «s'assurer que les Américains ont le choix de la concurrence». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les géants des réseaux sociaux, des moteurs de recherche et du commerce en ligne sont-ils devenus trop puissants? Washington a officiellement lancé mardi une vaste enquête pour le déterminer. Déjà mis à l'index sur les questions du respect de la vie privée et des données personnelles, les colosses de la Silicon Valley se voient aussi de plus en plus reprocher d'être devenus quasi monopolistiques, au détriment de leurs utilisateurs.

Le ministère de la Justice ne nomme pas les entreprises visées par sa procédure, mais semble cibler les sociétés comme Google, Facebook, Twitter ou Amazon, dominantes sur leurs marchés respectifs. Même s'il vend principalement des iPhones et autres appareils électroniques, Apple pourrait aussi être dans la ligne de mire dans la mesure où le groupe gère, avec l'App Store, une boutique en ligne.

Selon un communiqué, le département américain de la Justice veut notamment savoir si ces compagnies «procèdent à des pratiques ayant réduit la concurrence, empêché l'innovation ou affecté les consommateurs».

Elus et régulateurs américains de la concurrence fourbissent depuis plusieurs mois déjà leurs armes contre les géants de la tech, accusés d'être trop puissants voire monopolistiques. Google par exemple est régulièrement soupçonné de favoriser, dans les résultats de son moteur de recherche, ses propres services au détriment de ses rivaux.

La commission judiciaire de la Chambre des représentants a déjà lancé en juin une enquête sur «la concurrence sur le marché numérique», affirmant qu'un «petit nombre de plateformes dominantes et non régulées» avaient «un pouvoir extraordinaire dans le commerce, la communication et l'information en ligne». L'agence en charge de la protection des consommateurs (FTC) mène aussi des investigations.

Craintes des internautes

Les autorités expliquent dans un communiqué vouloir «prendre en compte les craintes répandues des consommateurs, des entreprises et des entrepreneurs» qui ont «émis des inquiétudes sur les services de recherche, sur les réseaux sociaux et sur les plateformes de commerce en ligne».

«Sans la discipline d'une compétition significative, les plateformes numériques peuvent employer des moyens qui ne répondent pas aux demandes des consommateurs», a commenté Makan Delrahim, en charge des questions antitrust au ministère américain de la Justice, dans le communiqué. Les autorités américaines ne sont pas les seules à reprocher leurs pratiques aux colosses de la Silicon Valley.

Les accusant d'enfreindre les règles de la concurrence, la Commission européenne a déjà infligé trois lourdes amendes en moins de deux ans à Alphabet, la maison-mère de Google, et a annoncé la semaine dernière l'ouverture d'une «enquête approfondie» sur le géant du commerce en ligne Amazon, qu'elle soupçonne d'utiliser à son avantage les données issues des détaillants indépendants qui vendent sur son site.

Les régulateurs américains ont le pouvoir de non seulement imposer des amendes salées en cas des non-respect des règles de la concurrence mais aussi d'imposer des remèdes «structurels» afin de garantir plus de compétition sur le marché, y compris des scissions.

«Combat des titans»

Pour l'analyste Dan Ives, de Wedbush Securities, une telle sanction semble toutefois peu probable. «Ce combat des titans entre Washington et les géants de la tech fait plus de bruit que de mal» pour le secteur et «va probablement résulter en quelques modifications du modèle économique plutôt qu'en dissolutions forcées des activités», a-t-il commenté dans une note.

«Je ne pense pas que les Etats-Unis soient sérieusement enclins à démembrer ces sociétés, parce qu'ils ont encore plus peur que les entreprises chinoises ne deviennent encore plus grosses», a aussi relevé Patrick Moorhead, fondateur du cabinet Moor Insights & Strategy.

Apple et Twitter n'ont pas souhaité commenter. Google a pour sa part renvoyé à l'audition de son directeur des politiques économiques devant le Congrès la semaine dernière, Adam Cohen. Il y avait alors assuré que le moteur de recherche avait «aidé à faire baisser les prix et à augmenter les choix pour les consommateurs et les commerçants aux Etats-Unis et dans le monde entier». Les sociétés concernées pourront en tout cas répondre de ces accusations à l'occasion de la publication de leurs résultats trimestriels, mercredi pour Facebook et jeudi pour Amazon et Alphabet. (afp/nxp)

Créé: 23.07.2019, 23h53

L'administration Trump devrait dévoiler mercredi à quelle sauce Facebook va être mangé

L'administration Trump pourrait dévoiler dès mercredi les détails de l'accord conclu avec Facebook, dont l'amende record de quelque 5 milliards de dollars selon les médias n'est que la partie émergée de l'iceberg et peut-être la moins douloureuse pour le premier réseau social du monde. Cet accord conclu après 16 mois de négociations permet à Facebook d'échapper à des poursuites pour ses manquements en matière de protection des données personnelles. Si l'on en croit le «Wall Street Journal» mardi soir, Mark Zuckerberg, PDG fondateur qui tient fermement les rênes du géant de l'internet aux 2,7 milliards d'usagers, pourrait être personnellement tenu responsable de la bonne application de l'accord.

Articles en relation

La taxe sur les Gafa inquiète Washington

France Washington lance une enquête sur la taxe française sur les géants de la tech pour savoir si elle restreint le commerce américain. Plus...

Donald Trump dénonce les réseaux sociaux

Etats-Unis Jeudi, le président américain a organisé une rencontre pour dénoncer la «malhonnêteté» des géants de la tech. Plus...

Apple ne respecte pas la vie privée de ses usagers

High-tech L'App Store a comme des airs de talon d'Achille pour Apple. Des journalistes ont découvert que des applications partagent les informations confidentielles à l'aide de «trackers». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...