Lufthansa favorite pour reprendre Alitalia

Transport aérienDes négociations sont actuellement en cours. La compagnie allemande ne souhaite reprendre que la partie «vols» d'Alitalia.

Alitalia, qui compte quelque 11'500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts.

Alitalia, qui compte quelque 11'500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La compagnie aérienne allemande Lufthansa est favorite pour la reprise de la compagnie nationale italienne Alitalia en difficulté, annonce jeudi le quotidien italien Corriere della Sera.

«En ce qui concerne l'avenir d'Alitalia, la destination d'arrivée semble être l'Allemagne», écrit le principal quotidien italien, même si «les chiffres ne sont pas encore bons et l'offre peut être améliorée».

Le Corriere, qui ne cite pas ses sources, précise que Lufthansa voudrait reprendre seulement la partie «vols» d'Alitalia, sans la maintenance, et garder seulement 6000 des 8000 personnes employées dans la branche qui l'intéresse.

Les deux ministres italiens qui suivent ce dossier ainsi que les trois commissaires qui gèrent Alitalia depuis qu'elle a été placée sous tutelle, ont cependant demandé de réduire de moitié ce chiffre de 2000 licenciements envisagés dans la partie «vols».

«Les négociations sont en cours et les deux parties se rapprochent», affirme le journal, en relevant que le prix proposé par Lufthansa pose aussi problème.

Meilleures garanties

«La première offre de Lufthansa était de 300 millions d'euros (...) mais les commissaires et le gouvernement demandent de monter jusqu'à 500 millions. Dans ce secteur aussi, les positions se rapprochent», assure le Corriere.

La compagnie britannique à bas coût EasyJet et le fonds américain Cerberus Capital Management ont également déposé des offres pour la reprise partielle d'Alitalia mais «Lufthansa est la solution qui semble offrir les meilleures garanties en termes de solidité financière», assure le quotidien.

La compagnie allemande offre aussi «de meilleures perspectives pour un développement industriel à moyen terme», ajoute le Corriere.

Alitalia, qui compte quelque 11'500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts. Elle a été placée sous tutelle le 2 mai, sur demande des actionnaires, après le rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant 1700 suppressions d'emploi.

La date butoir pour sa cession a été fixée au 30 avril 2018.

Alitalia avait 836 millions d'euros de trésorerie fin novembre, alors que l'Etat lui a accordé un prêt relais de 900 millions d'euros.

Sa situation s'est améliorée ces derniers mois, même si elle reste précaire. (afp/nxp)

Créé: 28.12.2017, 12h17

Articles en relation

Niki Lauda accuse Lufthansa

Niki L'ex-pilote devenu homme d'affaires accuse Lufthansa d'avoir réduit à néant la flotte de Niki, en cessation de paiement. Plus...

Lufthansa rêve d'Alitalia sur le modèle de Swiss

Francfort Le directeur général de la compagnie allemande Lufthansa, Carsten Spohr, caresse toujours l'espoir d'une refonte de la société italienne Alitalia. Plus...

Alitalia: comme Lufthansa, easyJet est sur les rangs

Transport aérien Sept compagnies aériennes ont présenté leur offre de reprise pour la compagnie italienne qui est actuellement sous tutelle. Plus...

Lufthansa a présenté une offre pour Alitalia

Rachat Le «Corriere della Sera» rapporte que Lufthansa a proposé 570 millions de francs pour reprendre des avions et des créneaux d'Alitalia, ainsi que le personnel navigant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...