Patrik Gisel quitte la direction de Raiffeisen

BanquesCritiqué depuis l'éclatement de l'affaire Pierin Vincenz, son prédécesseur à la tête de Raiffeisen, Patrik Gisel jette l'éponge.

Patrik Gisel jette l'éponge.

Patrik Gisel jette l'éponge. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Directeur général du troisième groupe bancaire helvétique depuis octobre 2015, Patrik Gisel quittera ses fonctions en fin d'année. La quête d'un successeur est d'ores et déjà engagée.

En quittant l'établissement, Patrik Gisel «entend ainsi mettre un terme au débat public à propos de sa personne et protéger la réputation de la Banque», écrit mercredi Raiffeisen. Dans le cadre de l'examen de l'ère Pierin Vincenz, son prédécesseur, Patrik Gisel a fait l'objet de critiques répétées en raison de son rôle de suppléant du Grison, lequel a dirigé l'Union des banques Raiffeisen durant pas moins de 17 ans, contribuant à sa vive expansion.

Afin d'assurer une transition adéquate, Patrik Gisel continuera d'assumer ses fonctions jusqu'à la fin 2018. Le Conseil d'administration de Raiffeisen Suisse a immédiatement lancé le processus de succession. Mais celle-ci n'est pas la seule à devoir être réglée, puisque la banque doit également se trouver un président du conseil d'administration.

Dans le sillage de l'affaire Vincenz, le président de l'organe de surveillance, Johannes Rüegg-Stürm, avait remis début mars son mandat. Depuis, le vice-président, Pascal Gantenbein, assure l'intérim. Epouse de Pierin Vincenz et directrice du département juridique de Raiffeisen, Nadja Ceregato avait également quitté le groupe.

Pas de doutes sur l'intégrité de M. Gisel

Le Conseil d'administration de Raiffeisen Suisse réaffirme que ni la procédure d'enforcement (examen approfondi) de l'autorité de surveillance des marchés financiers (Finma), close en juin 2018, ni les résultats intermédiaires de l'enquête indépendante en cours sur «l'ère Pierin Vincenz» ne mettent en cause Patrik Gisel d'un point de vue juridique. «Son intégrité ne fait aucun doute», poursuit la banque.

Le Conseil d'administration de Raiffeisen Suisse accueille avec le plus grand respect la décision de Patrik Gisel, qu'il remercie pour son engagement sans faille au service de l'ensemble du groupe. «Au cours des trois dernières années, (M. Gisel) a dirigé l'entreprise avec prudence et avec beaucoup de succès, et il a mis en oeuvre des mesures stratégiquement importantes pour son développement».

Pour mémoire, Pierin Vincenz a été libéré à mi-juin, après 15 semaines de détention préventive. Il est soupçonné de s'être enrichi personnellement lorsqu'il présidait la société de cartes de crédit Aduno, grâce à plusieurs acquisitions. La procédure pénale pour gestion déloyale menée à son encontre est toujours en cours.

M. Vincenz ainsi que son associé avaient été placés en détention préventive le 27 février.

La mesure avait été prolongée en mai, après que le Ministère public a découvert de nouvelles transactions incriminantes devant être examinées.

Plainte d'Aduno

L'affaire a éclaté en décembre dernier quand Aduno a porté plainte contre son ancien président. Selon une expertise, M. Vincenz aurait gagné 1,7 million de francs en 2005 lors de l'acquisition d'une entreprise par Aduno, qu'il présidait alors. M. Vincenz, 62 ans, a critiqué publiquement sa détention, jugeant la mesure «inutile et sa longueur complètement démesurée».

M. Vincenz a perdu plusieurs de ses mandats ces derniers mois, dont la présidence du fournisseur d'électricité grison Repower. Il avait quitté la présidence de l'assureur Helvetia fin 2017 déjà. (ats/nxp)

Créé: 18.07.2018, 07h54

Articles en relation

Le cas Raiffeisen continue de faire des vagues

Suisse Le ton de la FINMA a surpris dans les milieux financiers. Le nouveau patron de la banque, Patrik Gisel, n'échappe pas aux critiques. Plus...

Deux administrateurs de Raiffeisen se retirent

Banque Après les critiques des délégués, deux administrateurs de la banque ont jeté l'éponge. Le vote sur la décharge est reporté. Plus...

La FINMA épingle la gouvernance de Raiffeisen

Banques Au terme de son enquête concernant Raiffeisen, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) indique avoir constaté de «graves lacunes». Plus...

Raiffeisen: Pierin Vincenz est sorti de prison

Suisse L'ancien homme fort de la banque Raiffeisen a critiqué sa mise en détention préventive, qu'il a dû subir durant 106 jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...