Blocher rachète "Lausanne Cités"

SuisseTamedia a cédé sa participation dans divers journaux gratuits, dont «GHI» et «Lausanne Cités», ainsi que dans le «Tagblatt der Stadt Zürich».

Les explications de Pietro Supino, éditeur et président du conseil d'administration de Tamedia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tamedia rachète la «Basler Zeitung» à la société Zeitungshaus, dont Christoph Blocher est l'un des acteurs. En contrepartie, cette dernière rachète au groupe de médias zurichois sa participation aux gratuits «GHI» et «Lausanne Cité», ainsi qu'au «Tagblatt der Stadt Zürich».

Ces transactions, dont les montants ne sont pas divulgués, sont soumises à l'aval de la Commission de la concurrence (COMCO), a indiqué mercredi Tamedia. Avec cette opération, l'éditeur du «Tages-Anzeiger» étoffe son portefeuille de quotidiens ou hebdomadaires à travers le pays, sachant qu'il contrôle déjà la «Tribune de Genève», «24 Heures», «20 minutes», «Le Matin» et le «Matin Dimanche».

«Pour les Bâlois»

Outre-Sarine, Tamedia est un acteur de poids. Il détient, outre le «Tages-Anzeiger» à Zurich, la «Berner Zeitung» et le «Bund» (tous deux à Berne), le «Landbote» (Winterthour), la «SonntagsZeitung» et «Finanz und Wirtschaft». Et la liste n'est pas exhaustive.

L'intégration de la «Basler Zeitung» au réseau de Tamedia garantira une rédaction régionale forte, assure le groupe alémanique dans son message. Le quotidien bâlois continuera à proposer à «ses lecteurs un journal produit à Bâle pour les Bâlois», précise le communiqué.

Markus Somm restera rédacteur en chef de la «Basler Zeitung» pendant six mois après la reprise par Tamedia. A l'issue d'une période sabbatique, il travaillera ensuite pour Tamedia en tant que chroniqueur.

Zeitungshaus en Suisse romande

La contrepartie au rachat de la «Basler Zeitung» est constituée par l'extension de la société Zeitungshaus dans le segment régional. Au cours du deuxième trimestre, Zeitungshaus reprendra du coup la participation de 65% à la société «Tagblatt der Stadt Zürich» détenue par Tamedia.

Tamedia vendra également à Zeitungshaus les participations au «GHI» (Genève) et à «Lausanne Cités», en Suisse romande (jusqu'ici détenues à 50% par Tamedia), ainsi que les journaux gratuits Furttaler et Rümlanger (détenus jusqu'ici à 100% par Tamedia).

«La collaboration entre Tamedia et la «Basler Zeitung» dans la combinaison publicitaire Metropool remonte à 1993», déclare Pietro Supino, éditeur et président du conseil d'administration de Tamedia, cité dans le communiqué. «La «Basler Zeitung» est profondément enracinée dans le nord-ouest de la Suisse et s'adapte parfaitement à nos quotidiens de Berne et de Zurich.»

La société Zeitungshaus est peu connue du paysage médiatique helvétique, du moins en Suisse romande. Elle est la maison mère de Swiss Regiomedia, une entité qui sera dirigée par Marcel Geissbühler dès le 1er juin. Swiss Regiomedia publie 24 journaux locaux, un nombre appelé à s'étoffer avec le rachat des titres appartenant jusqu'ici à Tamedia.

Paysage chahuté

Le rachat de la «Basler Zeitung» intervient dans un contexte chahuté pour la presse en Suisse. Tamedia a procédé à des rationalisations au sein de ses rédactions, avec la création de sorte de hubs ou plates-formes à Zurich et à Lausanne, comprenant un certain degré d'uniformisation des titres.

De plus, Tamedia est un actionnaire de référence de l'Agence Télégraphique Suisse (ATS). Cette dernière se trouve pour l'heure en grande difficulté après la décision de son conseil d'administration de l'amputer d'une partie de son chiffre d'affaires, avec à la clé la suppression de plus de 35 postes dans sa rédaction. (ats/nxp)

Créé: 18.04.2018, 10h09

Syndicom déplore des pratiques nuisibles

Profit - La vente de la «Basler Zeitung» (BaZ) à Tamedia illustre la situation inquiétante de la branche des médias en Suisse, dont les moteurs sont la recherche de profit et le calcul politique, d'après Syndicom.

Nuisible - Avec près de la moitié des quotidiens suisses (68% en Suisse romande et 40% outre-Sarine, selon Syndicom), Tamedia dominait déjà largement avant même le rachat de la BaZ. Le syndicat déplore ses pratiques commerciales nuisibles pour la branche des médias et les petits éditeurs.

Diversité -En acquérant des rédactions régionales, Tamedia continue à appauvrir la diversité médiatique, lit-on mardi dans un communiqué de syndicom. Ce dernier demande de revenir à des rédactions indépendantes qui soient ancrées localement et régionalement.

Propagande - Derrière cette vente de la BaZ à Tamedia - et en échange la reprise de la «Tagblatt» de Zurich par Christoph Blocher - le syndicat entrevoit les velléités propagandistes du milliardaire UDC Christoph Blocher qui étend «son empire» sur les journaux gratuits.

Articles en relation

Tamedia détient 96,9% des actions de Goldbach

Médias Le groupe de presse zurichois possède quasiment l'entier de la régie publicitaire également zurichoise. Plus...

Tamedia: les rédactions veulent une conciliation

Médias Les rédactions du groupe zurichois ont saisi l'Office vaudois de conciliation pour tenter de freiner la restructuration au sein de Tamedia. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.