Tamedia-Basler Zeitung sous l'oeil de la Comco

MédiasLe gendarme suisse de la concurrence veut s'assurer que la prise de contrôle du journal bâlois par Tamedia ne crée ou ne renforce pas une position dominante.

Le siège de Tamedia à Zurich.

Le siège de Tamedia à Zurich. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commission de la concurrence (Comco) prévoit d'examiner en détail le projet de prise de contrôle par Tamedia de la Basler Zeitung. Le gendarme helvétique des cartels soupçonne cette opération de pouvoir générer ou renforcer une position dominante de l'éditeur zurichois diversifié sur différents marchés.

Les suspicions de la Comco portent notamment sur le marché des annonces classées d'offres d'emplois imprimées ou en ligne en Suisse alémanique et plus particulièrement dans la région bâloise.

L'examen s'attardera également sur le marché des lecteurs de quotidiens, celui des espaces publicitaires imprimés ou encore sur celui des offres immobilières. La procédure doit parvenir à terme dans un délai légal de quatre mois.

Un montant non dévoilé

Tamedia avait fait part en avril de son intention de racheter la Basler Zeitung au groupe de presse Zeitungshaus de Christoph Blocher, pour un montant non dévoilé. Le géant de l'édition souligne mardi dans une prise de position que l'examen de cette opération par la Comco repousse également la prise de contrôle par Zeitungshaus sur le Tagblatt der Stadt Zürich ainsi que le Furttaler/Rümlanger.

La direction demeure néanmoins confiante pour l'issue de la procédure, soulignant n'avoir à ce jour pas développé d'activités dans la région de Bâle.

La Comco avait déjà retardé en mai la prise de contrôle par Tamedia de la régie publicitaire Goldbach. Le groupe zurichois disposait toutefois déjà à cette date de la quasi-intégralité des titres Goldbach.

Champion indigène de la résistance

Plaidant par anticipation pour sa paroisse dans un interview parue en ligne lundi, le directeur général de Tamedia Christoph Tonini s'était plaint de la lenteur des procédures et sur le caractère pointilleux de la Comco.

Le patron posait alors son groupe en potentiel champion indigène de la résistance à la déferlante des géants américains de l'internet que constituent Google, Facebook ou encore Amazon sur le marché publicitaire helvétique. (ats/nxp)

Créé: 07.08.2018, 08h39

Articles en relation

Blocher rachète "Lausanne Cités"

Suisse Tamedia a cédé sa participation dans divers journaux gratuits, dont «GHI» et «Lausanne Cités», ainsi que dans le «Tagblatt der Stadt Zürich». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...