Trop de nos aliments ne sont pas avalés

ConsommationUn tiers de nos denrées alimentaires finissent à la poubelle. Inacceptable, juge la Fédération romande des consommateurs, qui entame un combat bien dans l’air du temps. Les explications de Mathieu Fleury.

Dans les pays développés, cent kilos de denrées alimentaires par habitant sont jetés chaque année par les ménages.

Dans les pays développés, cent kilos de denrées alimentaires par habitant sont jetés chaque année par les ménages. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L’Union européenne a décidé de réduire de 50% les quantités d’aliments gaspillés d’ici à 2020. Nous souhaitons que notre pays accélère et se joigne à ce mouvement, au niveau collectif comme individuel.»

Secrétaire général de la Fédération romande des consommateurs (FRC), Mathieu Fleury avertit même: «Notre société et le monde ne peuvent simplement plus se permettre de jeter autant, écologiquement comme économiquement.»

Avec ses homologues nationales, l’organisation de consommateurs romande empoigne ce nouveau combat sur la mode de la sensibilisation. Elle part d’un constat. Dans les pays développés, un tiers des denrées alimentaires finissent à la poubelle.

En chiffre, cela donne 300 kilos par personnes chaque année. Dont cent directement jetés par les ménages. Et en Suisse? Les données sont lacunaires voire inexistantes, ce qui doit changer, juge Mathieu Fleury. «Il faut absolument documenter le problème.»

Gaspillage sur la ligne

Concrètement, ce gaspillage se fait à trois niveaux. A la production, un calibrage extrêmement rigoureux sanctionne fruits et légumes par exemple, dont beaucoup n’apparaissent même pas sur les étals.

Dans la distribution, les dates de ventes limite sont sans réalité légale, indique Mathieu Fleury. Mais elles incitent voire permettent aux magasins à se débarrasser de produits encore bon à la consommation.

L’acheteur final a lui une marge de manœuvre importante pour changer ses comportements d’achat, de conservation et de consommation. La FRC et ses homologues l’ont montré à travers un test en bonne et due forme.

Son but était de voir si le respect de la date de péremption se justifie. Lait, viande, desserts: douze produits ont été conservés en plusieurs exemplaires par deux familles. Examinés une fois la date de péremption arrivée, ils l’ont été encore deux semaines plus tard.

Résultat: les douze aliments étaient, à ce moment là, comestibles et sans danger pour la santé, assure la FRC. Les trois quarts n’avaient subit aucune altération.

Trois semaines après la date de péremption, cinq aliments avaient une saveur désagréable. Mais les douze restaient propres à la consommation.

Les sens et le bon sens

Mathieu Fleury invite chacun à «faire confiance à ses sens et son bon sens». L’odorat et la vue, voire le goût en disent beaucoup sur l’état d’un aliment.

«Il faut être plus prudent avec les produits frais, mais la marge de manœuvre est très importante pour les produits de longues conservation», assure-t-il.

La FRC et ses alliées souhaitent aussi un dialogue avec les instances fédérales et l’économie. D’autant que celle-ci décide elle-même des dates de péremption. «Notre test prouve qu’il est possible de se montrer plus larges», argumente Mathieu Fleury.

«Le système de liberté dans la fixation des dates n’est pas un dogme, note-t-il d'ailleurs. On peut tout à fait imaginer qu’une partie des critères de fixation soient contrôlés par la loi.» (nxp)

Créé: 07.05.2012, 16h54

En images

Articles en relation

Chaque Suisse a mangé près de 54 kg de viande en 2011

Consommation Les Suisses ont encore avalé un peu plus de viande l'an dernier. Avec 53,7 kilo de viande prête à la vente par habitant, la hausse est de 0,2% par rapport à 2010. Le porc est en tête. Plus...

Une campagne pour acheter local

Consommation L’Union suisse des arts et métiers lance une campagne intitulée «J’achète en Suisse» pour lutter contre les emplettes dans les pays voisins, qui a fait perdre 5 milliards à la suisse l'année dernière. Plus...

Neuchâtel tire un bilan positif de sa taxe au sac

Déchets En trois mois, le volume des déchets a baissé de 40% à 50% dans le canton de Neuchâtel, malgré les tricheurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 mars 2019.
(Image: Bénédicte) Plus...