Vidy Med va étendre son centre de soins ambulatoires de Vidy

SoinsAvec son centre d’urgences, la société propose une offre de soins complémentaires à ceux du CHUV ou ceux de la Policlinique médicale universitaire (PMU).

L’ouverture du premier Centre de médecine ambulatoire de Vidy et son Centre d’urgences remonte à 1992.

L’ouverture du premier Centre de médecine ambulatoire de Vidy et son Centre d’urgences remonte à 1992. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En tout, un demi-million de patients sont passés dans l’un de nos établissements de soins», estime Michel Eddé, l’un des membres fondateurs du groupe Vidy Med. Depuis l’ouverture du premier centre de médecine ambulatoire de Vidy en 1992 et son centre d’urgences, la société propose une offre de soins complémentaires à ceux du CHUV ou ceux de la Policlinique médicale universitaire (PMU). «Mais attention, nous ne procurons pas de traitements nécessitant une hospitalisation. Nos patients arrivent et repartent sur leurs pieds le jour même», précise Michel Eddé. Car si les locaux accueillent des patients sept jours sur sept, les horaires d’ouverture sont limités entre 7 h et 23 h.

Derrière le groupe Vidy Med se cache le concept d’un établissement de médecine pluridisciplinaire. Imaginé par Rudolf Johner, chirurgien orthopédique, et par le généraliste Yves Ecoffey, le lieu en question vise un double objectif. Le premier est d’accueillir sous un même toit des médecins indépendants et aux diverses spécialisations (chirurgie, médecine interne, mais aussi endocrinologie, gériatrie, ostéopathie, urologie, etc.) afin d’optimiser l’accès aux soins dont les patients auraient besoin.

L’autre but est de décharger les docteurs de certaines tâches administratives. Dans cette optique, l’entreprise, structurée sous la forme d’une holding, exploite Vidy Services SA. Cette filiale se charge de gérer tous les soucis liés au nettoyage des locaux, à la gestion des ressources humaines ou encore à la comptabilité et à l’informatique. «Cela permet aux médecins (ndlr: qui louent, à prix coûtant, locaux et services à Vidy Med) de se concentrer sur leur profession et sur les soins à apporter à leur patientèle», assure Michel Eddé.

«Notre objectif n’est pas de dégager un maximum de bénéfices, mais bien d’assurer le climat de travail le plus agréable possible»

Peu courant à l’époque, le modèle développé par le groupe semble aujourd’hui plutôt bien fonctionner. La holding emploie près de 80 prestataires de soins et un peu plus de 200 salariés. Elle réalise aux alentours de 15 millions de chiffres d’affaires sur un an et, selon sa direction, est rentable. «Etant donné que nous n’avons pas d’actionnaires majoritaires (ndlr: les parts sont limitées à un maximum de 20% et chaque médecin qui souhaite s’installer à Vidy Med doit en acquérir quelques-unes), notre objectif n’est pas de dégager un maximum de bénéfices, mais bien d’assurer le climat de travail le plus agréable possible et d’avoir suffisamment de moyens pour développer l’entreprise», explique Michel Eddé, satisfait de l’indépendance que ce système apporte à la holding.

Depuis 1999, le groupe s’est associé à la Clinique de La Source, privée. Vidy Med y exploite un centre d’urgences médico-chirurgicales tenu par sept généralistes. Et, comme pour leurs collègues de Vidy, en plus du travail aux urgences, ces derniers y reçoivent en consultation leur propre patientèle.

«Cet agrandissement nous permettra d’y relocaliser notre centre de physiothérapie, actuellement à l’étroit, mais aussi notre unité de médecine du sport»

Il y a un peu plus d’un an, l’entreprise lausannoise a vécu sa troisième phase majeure d’agrandissement en ouvrant son 3e centre sur le site du Biopôle. Très bien positionné géographiquement, le site d’Epalinges tourne déjà à plein régime avec 40 à 50 urgences par jour (contre 80 à 120 à Vidy et 50 à la Source).

Mais Vidy Med ne compte pas s’arrêter là puisque, l’année prochaine, il est prévu que son site historique comptant deux bâtiments s’étende sur un troisième immeuble. «Cet agrandissement nous permettra d’y relocaliser notre centre de physiothérapie, actuellement à l’étroit, mais aussi notre unité de médecine du sport», détaille le Dr Eddé en charge du site de Vidy. L’un des étages sera également sous-loué à une entreprise de fitness. Ces déménagements libéreront un peu d’espace pour élargir encore plus la palette de soins proposés par le groupe et d’accueillir de nouveaux médecins.

Même si l’administrateur du Centre médical de Vidy assure que les médecins intéressés à les rejoindre restent nombreux (au mois de mars 2014, 85% de la surface au Biopôle était attribuée au moment de l’ouverture), ce dernier ne cache pas que, comme pour le reste de la profession, la pénurie de docteurs l’inquiète. D’où le besoin pour le groupe de poursuivre sa croissance et d’augmenter la gamme de prestations à disposition de la population. «Un gage de pérennité», au dire de Michel Eddé.

Créé: 13.12.2015, 21h51

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...