L'A350 fait son baptême de l'air vendredi matin

AirbusAirbus place de grands espoirs dans son nouveau A350, construit à plus de 50% en fibres de carbone. Le groupe pourrait bien être tenté par un coup d'éclat au Salon du Bourget, qui s'ouvre lundi à proximité de Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau-né d'Airbus, l'A350, devrait décoller pour son premier vol d'essai vendredi matin sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac. L'appareil, un long-courrier d'une capacité de 300 places, devra concurrencer le 787 Dreamliner de Boeing.

Les deux avions partagent la particularité d'être construit à plus de moitié avec des matériaux composites, plus légers que l'acier. La consommation en carburant devrait s'en trouver réduite d'un quart.

Ce vol d'essai, agendé juste avant le début du Salon du Bourget lundi, doit servir à Airbus à démontrer sa maîtrise alors que son rival américain est confronté à des ennuis en cascades avec son Dreamliner.

Pas de triomphalisme chez Airbus

Kurt Hofmann, expert autrichien en aéronautique, met en garde mais ne se montre pas trop inquiet. «Maintenant, il doit justifier les fortes espérances placées en lui», a-t-il déclaré à Tagesanzeiger.ch/Newsnet, rappelant que les tests au sol se sont bien déroulés. Il ne serait d'ailleurs pas surpris qu'Airbus fasse voler son bébé au Bourget, pour autant que les essais ne révèlent rien de grave.

Airbus fait d'ailleurs profil bas et se montre prudent dans la planification et la mise en oeuvre, essayant de ne pas répéter les couacs du Dreamliner et de son A380. Comme l'explique Adrian Raths, actif dans l'aéronautique, le groupe franco-allemand a amélioré le câblage et les fissures.

Des batteries différentes du Dreamliner

Quant aux batteries, dont la version Lithium-Ion cause tellement de problèmes au Dreamliner, elles sont en Nickel-Cadmium, plus lourd et moins performant. «Selon le stade de développement, une évolution n'est pas à exclure par la suite», précise Raths.

Wolfgang Absmeier, qui fera partie des premiers à prendre les commandes du nouveau A350 après une cinquantaine d'heures sur simulateur de vol et plus encore pour les systèmes, rappelle que la situation a bien évolué depuis les années 50, où les pilotes risquaient encore leur vie.

«Nous disposont à présent de simulateurs. Les équipes d'ingénieurs ont pu mener des tests en soufflerie. Et sur ces bases, nous pensons que le prototype est abouti. » L'A350 dispose d'une équipe de six pilotes d'essai qui se sont entraînés des mois, voire des années, sur simulateur.

Créé: 13.06.2013, 14h25

Articles en relation

Airbus craint pour son A350 après les soucis de Boeing

concurrence EADS, maison mère d'Airbus, craint que les avaries qui immobilisent le 787 de Boeing ne retarde l'obtention du certificat de navigabilité de l'A350, son atout maître pour percer sur le marché de long-courriers. Plus...

Nouvelle avarie détectée sur un Boeing 787 Dreamliner

Japon La compagnie aérienne japonaise Japan Airlines (JAL) a renoncé dimanche à faire voler un Boeing 787 Dreamliner au lendemain de la remise en service de ces appareils au Japon. Plus...

Un vol d'essai pour tester la fiabilité du Boeing 787

Aéronautique Les autorités américaines ont autorisé Boeing à tester ses 787 «Dreamliner», contraints à rester au sol depuis mi-janvier. Plus...

Nombreux vols annulés au Japon à cause de Boeing

Trafic aérien La compagnie japonaise All Nippon Airways a décidé d'annuler au moins 379 vols pour le mois de février, en raison de l'interdiction d'exploitation des Boeing 787 Dreamliner. Plus...

Airbus a dépassé ses objectifs en 2012

Industrie aéronautique L'avionneur européen Airbus a dépassé ses objectifs avec la livraison record de 588 appareils (534 en 2011) et la vente de 833 avions contre 650 prévus, a annoncé jeudi son PDG Fabrice Brégier. Plus...

Wolfgang Absmeier a été le premier pilote à faire atterrir un A380 à Zurich, c'était en janvier 2010 (Image: Airbus)

Swiss intéressé par le A350?

Airbus a jusqu'à présent enregistré 613 commandes pour son A350 et c'est Qatar Airways qui recevra le premier exemplaire fin 2014.

Swiss n'en a pas encore commandé mais doit remplacer ces prochaines années ses A340-300. Dans cette optique, le A350 pourrait être un candidat intéressant, selon les milieux aéronautiques.

«Nous devons réfléchir à remplacer nos A340-300 long-courrier, que ce soit par des 777 ou d'autres appareils», déclarait en mars le directeur général Harry Hohmeister à Tagesanzeiger.ch/Newsnet.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.