Passer au contenu principal

Corée du SudABB a été victime d'activités criminelles «sophistiquées»

Une enquête a été ouverte après la découverte par le groupe de détournements de fonds massifs dans la filiale sud-coréenne d'ABB.

Ces malversations ne concernent que la Corée du Sud.
Ces malversations ne concernent que la Corée du Sud.

ABB a découvert dans sa filiale sud-coréenne un cas de malversations et de détournement de fonds «sophistiqué» et d'une ampleur considérable. Ses résultats 2016 en subiront une charge estimée à 100 millions de dollars avant impôts (même montant en francs).

Le trésorier de cette filiale est soupçonné d'avoir falsifié des documents et d'avoir collaboré avec des tiers pour soustraire de l'argent de l'entreprise. Cette personne a disparu le 7 février dernier. C'est alors qu'ABB a découvert les irrégularités.

Enquête ouverte

Le groupe a ouvert une enquête impliquant des experts indépendants spécialisés en criminalistique et dans le domaine juridique. Il coopère avec les autorités judiciaires ainsi qu'avec la police locale et Interpol, a-t-il indiqué mercredi dans un communiqué.

ABB a immédiatement examiné ses comptes bancaires à travers le monde. Il a constaté que cette situation concerne exclusivement la Corée du Sud. Il s'efforce de réduire l'impact en récupérant des fonds, en faisant appel à la justice et via les assurances.

Pas de panique

Il faudra donc réviser les résultats non audités qu'ABB avait communiqués début février. L'entreprise compte publier son rapport annuel d'ici au 16 mars au plus tard.

Ce n'est pas la première fois qu'ABB a affaire à des irrégularités, lui qui est présent dans plus de cent pays et compte environ 132'000 collaborateurs à travers le monde. Il affiche une tolérance zéro envers les comportements non éthiques, a-t-il souligné mercredi.

Bon élève

De fait, le groupe apparaît comme un bon élève en matière de lutte contre les irrégularités. «A notre connaissance, ABB est actuellement doté d'un bon programme de conformité», a dit à l'ats Martin Hilti, chef de l'ONG anticorruption Transparency en Suisse.

Ce dernier est donc plutôt surpris par le cas découvert en Corée du Sud. Mais même les meilleurs programmes et les meilleures cultures d'entreprise ne peuvent pas toujours empêcher les fautes, a-t-il commenté. L'important est de les détecter et de réagir.

La découverte de ce cas est visiblement survenue très tard, d'où l'important dommage qui en découle. ABB doit maintenant réagir de façon conséquente et montrer ainsi qu'il ne tolère pas de telles choses, a ajouté M. Hilti. Il faudra aussi déceler précisément comment cela a pu se produire.

La nouvelle n'a pas ébranlé les marchés: à la Bourse suisse, l'action ABB tout comme l'indice SMI sont restés quasiment stables.

Ces malversations font certes planer le doute sur la bonne gouvernance dans le groupe, mais les assurances devraient prendre en charge une partie des fonds subtilisés, a commenté un analyste de la Banque cantonale de Zurich. De son côté, Vontobel pense que cet «événement malheureux» n'aura pas un impact majeur à long terme.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.