Plus d'accord sur les héritages dès janvier 2015

SuccessionsIl n'y aura plus de convention sur les successions entre la Suisse et la France à partir de janvier 2015.

La nouvelle convention négociée par Eveline Widmer-Schlumpf avait été rejetée en huin.

La nouvelle convention négociée par Eveline Widmer-Schlumpf avait été rejetée en huin. Image: (photo d'archives)/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après le National, le Conseil des Etats a rejeté jeudi 18 septembre par 27 voix contre 1 et 9 abstentions le nouvel accord sur les successions signé l'an dernier avec Paris. La France a déjà résilié le texte en vigueur.

Les sénateurs ont également renoncé à demander au gouvernement d'entamer de nouvelles discussions avec l'Hexagone. «Cette option ne fait aucun sens puisqu'il n'est plus possible de ratifier cet accord ni de l'améliorer», a relevé Christian Levrat (PS/FR) au nom de la commission. Et d'ajouter à titre personnel qu'on finira par regretter ce vide conventionnel, à l'instar de l'absence d'accord pour l'aéroport de Kloten (ZH).

Dès janvier 2015, quelque 180'000 Suisses domiciliés dans l'Hexagone seront en effet entièrement livrés au développement du droit français et risqueront la double imposition. Il faudra vivre avec cette situation, a complété la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf qui n'a rien annoncé de plus.

Nouvelle politique

La France a résilié en juin la convention datant de 1953 avec un délai de six mois. Elle réclamait depuis trois ans sa révision au motif qu'elle ne correspondait plus à sa politique actuelle. Ce texte prévoyait une imposition sur la base du domicile du défunt uniquement.

La nouvelle mouture envisageait une imposition sur la base du domicile de l'héritier, provoquant une levée de boucliers dans les cantons romands. Ce projet a été refusé par le National en décembre 2013. Mais le Conseil des Etats aurait voulu que le gouvernement tente de renégocier l'accord dans le cadre d'autres discussions en cours avec Paris.

Peine perdue, puisque la Chambre du peuple a rejeté cette idée en juin, arguant que la nouvelle convention négociée par Eveline Widmer-Schlumpf était trop préjudiciable aux contribuables suisses.

Le projet balayé

Le texte signé en 2013 aurait permis à la France de taxer les personnes domiciliées sur son territoire si elles héritent d'un résident suisse, mais seulement si l'héritier habite l'Hexagone depuis au moins huit ans. Paris aurait dû également déduire un éventuel impôt successoral payé en Suisse.

Paris aurait en outre pu taxer des biens situés en France, mais appartenant à un défunt domicilié en Suisse. L'imposition qui se limite actuellement aux meubles et autres tableaux aurait été élargie aux lingots d«or, bijoux ou pierres précieuses. (ats/nxp)

Créé: 18.09.2014, 13h12

Articles en relation

La Suisse ne négociera pas avec Paris sur les successions

Héritages La Suisse devra se contenter du vide contractuel pour ce qui est de la taxation des héritages avec la France. Plus...

La France dénonce l'accord sur les successions

Héritage La France a dénoncé mardi la convention sur les successions de 1953 avec la Suisse. Dès le 1er janvier 2015, la France et la Suisse appliqueront chacune leur droit interne. Plus...

Paris veut maintenir le dialogue avec Berne sur la fiscalité

Relations franco-suisses Selon l'ambassadeur de France à Berne Michel Duclos, le projet de convention sur les successions rejeté par la Suisse ne remet pas en cause des discussions sur d'autres sujets fiscaux entre les deux pays. Plus...

L'accord sur les successions s'annonce compromis

Suisse-France La Suisse et la France n'auront probablement plus de convention sur les successions d'ici la fin de l'année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...