Les sénateurs américains trouvent un accord sur la dette

Crise budgétaireUn accord sur la dette américaine a été scellé au Sénat. Le texte, salué par Barack Obama, doit cependant être approuvé par les deux chambres avant d'être adopté.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un accord a été conclu in extremis mercredi au Sénat américain afin d'écarter le risque d'un défaut de paiement des Etats-Unis, laissant espérer un dénouement rapide à la crise qui paralyse Washington depuis plus de deux semaines.

A moins de 12 heures de l'échéance, le dirigeant de la majorité démocrate au Sénat Harry Reid a confirmé qu'il avait conclu un compromis avec le chef du groupe républicain, Mitch McConnell. Harry Reid a salué un «accord historique, consensuel pour rouvrir l'Etat et éviter un défaut sur les factures de la nation».

«Le compromis que nous avons conclu donnera à notre économie la stabilité dont elle a désespérément besoin», a-t-il dit. Selon Mitch McConnell, le vote du Sénat pourrait avoir lieu dès mercredi.

Félicitations d'Obama

Le président Barack Obama félicite les dirigeants du Sénat pour être parvenus à un compromis sur la dette et le budget, et appelle le Congrès à l'adopter «rapidement», a annoncé mercredi son porte-parole.

L'accord relèverait le plafond de la dette jusqu'au 7 février et rouvrirait jusqu'au 15 janvier les agences fédérales partiellement fermées depuis le 1er octobre, tout en convoquant une commission pour négocier un budget pour 2014.

Coopération requise

Un sprint procédural devrait s'enclencher mercredi, la Chambre des représentants étant censée adopter tout texte de loi dans les mêmes termes avant promulgation par le président Barack Obama.

La coopération entière du président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, et de 100% des sénateurs, y compris les champions du Tea Party Ted Cruz et Mike Lee, sera requise.

Mais M. Cruz a fait savoir qu'il ne bloquerait pas le cheminement du texte. «Il n'y a rien à gagner» dans une motion visant à retarder la tenue des votes, a-t-il dit aux journalistes.

La Bourse de New York s'envole

L'entrée dans une zone aussi inédite que dangereuse était promise à partir de mercredi minuit (jeudi à 6 heures en Suisse) à la première économie mondiale, avec un risque de défaut de paiement à court terme faute de capacité d'emprunt.

Dès avant l'annonce de l'accord au Sénat, les marchés financiers avaient toutefois refusé de croire à ce scénario catastrophe. La Bourse de New York s'envolait à la mi-séance mercredi, tandis que celle de Tokyo a terminé quasi stable.

Francfort et Londres ont fini en hausse, en dépit de l'avertissement lancé mardi par l'agence Fitch qui a annoncé qu'elle envisageait d'abaisser la note de la dette souveraine des Etats-Unis, actuellement la meilleure possible à AAA.

Défaite des républicains

Selon le représentant Charlie Dent, John Boehner ne devrait pas opposer de résistance et acceptera de soumettre au vote de la Chambre tout compromis sénatorial, malgré l'opposition d'une partie de sa majorité. Il devra alors s'appuyer partiellement sur des voix démocrates.

«Je suis absolument certain que le président de la Chambre fera tout ce qu'il faut pour préserver la note de crédit des Etats-Unis d'Amérique», a déclaré mercredi le républicain Scott Rigell.

M. Boehner, pris en tenaille entre sa volonté affichée de ne pas laisser un défaut de paiement se produire et la pression du Tea Party hostile au compromis, a jusqu'ici refusé d'organiser une consultation sans le soutien de sa majorité.

Le dénouement en cours marque une lourde défaite pour la stratégie qu'il a jusqu'ici poursuivie. Mercredi matin, son porte-parole Michael Steel a affirmé qu'aucune décision n'a été prise sur quand ou comment un possible accord au Sénat pourrait être soumis à un vote à la Chambre.

Pays au ralenti

Faute d'accord sur le budget fédéral pour le nouvel exercice, les agences gouvernementales américaines tournent au ralenti depuis le 1er octobre. Des centaines de milliers de fonctionnaires ont été mis en congés forcés sans solde, paralysant progressivement des pans entiers de l'activité.

En août 2011, lors d'une crise similaire, un accord politique avait déjà été scellé deux jours avant la date-butoir, et adopté définitivement par le Congrès à quelques heures seulement de l'heure limite.t (ats/afp/nxp)

Créé: 16.10.2013, 17h32

Articles en relation

Et si aucun accord sur la dette n'était trouvé?

Etats-Unis Alors que l'échéance approche aux Etats-Unis pour renégocier le plafond de la dette, la probabilité d'un défaut de paiement grandit. Mais que se passerait-il si aucun accord de dernière minute n'était trouvé? Plus...

L'agence Fitch envisage d'abaisser la note des USA

Budget L'agence de notation Fitch a annoncé mardi qu'elle envisage d'abaisser la note de la dette des Etats-Unis, actuellement la meilleure possible à AAA. Plus...

La Maison Blanche rejette le nouveau plan de la Chambre

Etats-Unis Deux jours avant le risque d’un défaut de paiement sans précédent des USA, la Maison Blanche a qualifié de «demande de rançon» un nouveau plan des républicains sur le relèvement du plafond de la dette. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.