Passer au contenu principal

Accusé de faire travailler les enfants, Nespresso répond

Nespresso, visé par un documentaire britannique sur le travail des enfants qui sera diffusé ce lundi soir, a répondu aux accusations. Des mesures immédiates ont été prises.

Un travailleur dans les champs de café guatémaltèques.
Un travailleur dans les champs de café guatémaltèques.
AFP

Le documentaire «Dispatches», programmé ce lundi soir sur Channel 4, révèle que des exploitations de café fournissant Starbucks et Nespresso au Guatemala font travailler des enfants de moins de 13 ans «environ quarante heures par semaine dans des conditions exténuantes, récoltant du café pour un peu plus que ce que nous payons pour un café au lait chez Starbucks ou un paquet de capsules Nespresso», indique la chaîne de télévision sur son site.

Elle ajoute que «George Clooney, le visage de Nespresso, (...) s'est dit attristé par ces conclusions. Il a demandé au conseil d'administration de Nespresso d'en faire plus.»

Guillaume Le Cunff, directeur général du fabricant de café en capsules, s'est fendu d'une vidéo où il assure que «le travail des enfants n'a pas sa place dans notre chaîne logistique. C'est juste inacceptable.»

Il a déclaré avoir envoyé du personnel sur place pour enquêter dans certaines fermes labellisées Rainforest Alliance afin de vérifier «si elles approvisionnent ou non Nespresso».

Mesures immédiates

En attendant les résultats de l'enquête, le patron de la filiale du géant alimentaire veveysan affirme avoir pris plusieurs mesures «immédiates»: suspension des achats en provenance de ces exploitations, doublement du nombre d'agronomes pour la prochaine récolte au Guatemala, mise en place de davantage d'audits et de contrôles «pour s'assurer que le travail des enfants n'existe pas dans la chaîne de valeur de Nespresso».

Nespresso rappelle avoir mis en place en 2003, avec l'ONG Rainforest Alliance, un programme pour travailler avec les agriculteurs afin d'améliorer les conditions environnementales et sociales des exploitations. «Ce programme comprend des mesures pour lutter contre le travail des enfants», d'après le communiqué.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.