Passer au contenu principal

Les acquisitions d’Adecco font fondre ses profits

Le groupe vaudois rachète le britannique Penna Consulting. La comptabilisation de ses achats passés a effacé les bénéfices en 2015.

DR

A l'instar de son concurrent immédiat Randstad, Adecco a fait part mercredi d’une forte croissance sur son exercice 2015. L’année a cependant été entachée par un effondrement de son bénéfice net dû à des acquisitions payées trop chères dans le passé. Le groupe de Chéserex (VD) a vu son chiffre d’affaires gagner 10% à 22 milliards d’euros – 24 milliards de francs. Une croissance équivalente à celle enregistrée par son concurrent d’Amsterdam, Randstad, dont les recettes ont augmenté de 11% à 19 milliards d’euros. A la traîne, le numéro trois du travail temporaire, l’américain Manpower, a vu ses recettes reculer de 6,9% à 19 milliards de dollars l’an dernier. Qu’en est-il de la profitabilité? Avec une marge avant intérêts, impôts et amortissement de 5,2% (hors exceptionnels), Adecco se trouve être davantage rentable que Randstad (marge EBITA à 4,5%) et Manpower.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.