Quand les aéroports se rachètent les uns les autres

Transport aérienAlors que Kloten a pour stratégie d’acquérir d’autres tarmacs, Cointrin adopte une optique différente. Décryptage.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un aéroport investissant dans un autre aéroport… La stratégie peut surprendre! Elle est pourtant loin d’être anodine et semble même plutôt rentable pour ceux qui tentent le coup. La participation de l’Aéroport de Zurich dans celui de Bangalore, une «petite» ville du Sud de l’Inde, en est un bon exemple.

Son investissement initial, en 2001, de 15 millions de francs dans la société BIAL (Bangalore International Airport Limited), avait déjà rapporté 100 millions en 2009 lors de la vente de 12% de ses parts. Et cette année, au troisième trimestre, la cession des 5 derniers pour-cent que Zurich détient encore dans l’aéroport indien devrait lui rapporter un peu plus de 47 millions de francs supplémentaires.

Cette expansion hors de Suisse, sous la forme de prises de parts dans d’autres aéroports, est au cœur de la stratégie de développement du tarmac zurichois. «Nous ciblons des projets dans lesquels nous pouvons assumer l’entière responsabilité des opérations aéroportuaires au titre d’actionnaire minoritaire qualifié (ndlr: entre 25 et 49% des parts)», précise Sonja Zöchling Stucki, directrice de la communication de l’Aéroport de Zurich.

Sans compter Bangalore, Kloten possède actuellement des parts dans neuf autres aéroports en Asie et en Amérique latine. Malgré certaines réticences politiques locales – un tiers du capital est entre les mains du Canton et 5% de la Ville –, l’aéroport zurichois assure rester attentif à toutes nouvelles opportunités de croissance de ce type. «Mais nous continuerons de plébisciter des acquisitions offrant la possibilité d’en assumer la gestion», affirme Sonja Zöchling Stucki.

Stratégie genevoise

Du côté de Cointrin, l’approche est complètement différente. Pour le moment, l’aéroport genevois ne détient d’ailleurs pas de participations annexes semblables à son concurrent zurichois. La donne pourrait toutefois changer d’ici à la fin de l’année, puisque Genève Aéroport vient de déposer sa candidature pour acquérir une participation «symbolique» dans les aéroports de Lyon (Saint-Exupéry et Bron), tous deux en cours de privatisation.

Sur le tarmac genevois, son porte-parole, Bertrand Stämpfli, assure toutefois que la stratégie n’a pas changé. «Avec ce projet, il ne s’agit aucunement de s’engager dans une forme d’investissement spéculatif. Au contraire, il y a une vraie cohérence à renforcer notre collaboration avec Lyon, puisque cette dernière était déjà effective depuis de nombreuses années.»

A l’écart de privatisations

D’ailleurs, si Cointrin s’intéresse aux deux aéroports français – géographiquement les plus proches de lui –, la direction de l’aéroport est restée par contre à l’écart de la privatisation en cours des sites de Nice et Toulouse.


Sécurité renforcée à La Blécherette

L’aérodrome de Lausanne franchira un cap symbolique mercredi. Ce jour-là, le site de La Blécherette recevra son certificat de conformité aux normes de l’aviation civile internationale (OACI). «Pour un aéroport cette attestation est l’équivalent d’une certification ISO pour les entreprises», explique son directeur, Bertrand Mayor. Ce dernier considère donc cette étape comme importante pour le futur du site lausannois, car «elle est le signe d’un respect des normes en vigueur». Le document, qui sera délivré par l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), attestera en effet de la mise en place de mesures suffisantes pour que la sécurité et l’exploitation des infrastructures du site soient garanties en permanence. Selon l’OFAC, elles concerneront notamment le déneigement des pistes, l’intervention des pompiers, l’avitaillement des avions ou encore l’organisation des contrôles périodiques des pistes et des balises d’approche. O.W.

Créé: 19.04.2016, 07h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.