Affaire Madoff: UBS et HSBC remportent une victoire aux USA

BanquesPlusieurs banques européennes, dont le numéro un suisse UBS et la britannique HSBC, ont remporté lundi une bataille judiciaire aux États-Unis.

Les banques UBS et HSBC ont remporté une victoire judiciaire aux États-Unis dans le cadre de l'affaire Madoff

Les banques UBS et HSBC ont remporté une victoire judiciaire aux États-Unis dans le cadre de l'affaire Madoff Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

UBS et HSBC ont remporté une victoire judiciaire aux États-Unis dans le cadre de l'affaire Madoff.

La Cour suprême américaine a rejeté une demande destinée à récupérer l'argent investi indirectement par ces entités étrangères dans le fonds de l'escroc Bernard Madoff.

Les avocats du liquidateur judiciaire Irving Picard, chargé de recouvrer des fonds pour indemniser les victimes, avaient déposé une demande pour un réexamen d'une décision rendue le 20 juin 2013 par une cour d'appel de New York. Celle-ci avait estimé qu'Irving Picard n'était pas habilité à poursuivre ces institutions, auxquelles il voulait réclamer des milliards de dollars de dédommagements.

Le liquidateur judiciaire, qui a récolté jusqu'ici environ 10 milliards de dollars de fonds, voulait être autorisé à récupérer des fonds investis et retirés par des filiales de banques européennes avant la mise au jour de l'escroquerie. Le juge new-yorkais avait fait valoir qu'en l'espèce la loi américaine sur les faillites ne s'appliquait pas aux sociétés financières étrangères.

Victoire également pour d'autres établissements européens

La décision de la Cour suprême représente une victoire pour UBS, comme pour d'autres établissements européens tels le français Credit Agricole et l'italien UniCredit. Les filiales de ces deux banques avaient confié leur argent à des fonds intermédiaires de collecte. Ces derniers avaient par la suite investi dans le fonds de Bernard Madoff.

Bernard Madoff avait été condamné en 2009 à 150 ans de prison pour une escroquerie ayant duré plusieurs années et estimée entre 23 et plus de 65 milliards de dollars, selon que l'on prenne en compte ou non les intérêts.

Cette fraude «pyramidale», appelée aussi système de Ponzi - du nom du financier Charles Ponzi arrêté dans les années 20 à Chicago - consistait à piocher dans les finances de ses nouveaux clients pour rétribuer ou rembourser les clients plus anciens. Elle avait été révélée en décembre 2008 lorsqu'un nombre croissant d'investisseurs avaient demandé à récupérer leur dû. (ats/nxp)

Créé: 08.07.2014, 07h53

Articles en relation

Madoff attend un geste financier d'UBS et HSBC

New-York Le liquidateur du fonds de Bernard Madoff avait été condamné en 2009 à 150 ans de prison pour une escroquerie de plusieurs années et estimée entre 23 et plus de 65 milliards de dollars. Plus...

Le financier déchu Madoff trouve une place au musée

Washington Entre mafieux et serial killers, le financier déchu Bernard Madoff, qui purge une peine de 150 ans de prison pour escroquerie, a droit à la présentation d'objets personnels au Musée du crime de Washington. Plus...

Une victime de Madoff perd son procès

Escroquerie Une ex-hôtesse de l'air qui avait perdu ses économies dans un fonds placé dans les sociétés de Bernard Madoff a été déboutée vendredi dans le procès qu'elle avait intenté à la Société Générale. Plus...

Le frère de Madoff condamné à 10 ans de prison

Escroquerie Le frère de l'homme à l'origine du plus grand scandale financier de l'histoire a été condamné à 10 ans de prison pour avoir falsifié les comptes de la société d'investissement familiale dans laquelle il travaillait. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.