Passer au contenu principal

L'affaire Tapie - Crédit Lyonnais dure depuis vingt ans

Une perquisition menée mercredi au domicile parisien de Christine Lagarde remet sous les feux des projecteurs médiatiques une affaire dont les premières escarmouches ont débuté il y a vingt ans.

La patronne du FMI, dans la salle d'audience ce lundi 12 décembre 2016 où elle est arrivée vers 14 heures, a dit n'être «en rien coupable de négligence». (Lundi 12 décembre 2016)
La patronne du FMI, dans la salle d'audience ce lundi 12 décembre 2016 où elle est arrivée vers 14 heures, a dit n'être «en rien coupable de négligence». (Lundi 12 décembre 2016)
AFP
Christine Lagarde, le 14 juillet 2016 à Washington. La directrice générale du FMI comparaît devant la Cour de Justice de la République, en France, à partir du 12 décembre 2016. Le procès doit durer jusqu'au 20 décembre. (Lundi 12 décembre 2016).
Christine Lagarde, le 14 juillet 2016 à Washington. La directrice générale du FMI comparaît devant la Cour de Justice de la République, en France, à partir du 12 décembre 2016. Le procès doit durer jusqu'au 20 décembre. (Lundi 12 décembre 2016).
AFP
Nanard, le personnage de Bernard Tapie dans les 'Guignols' de l'info sur Canal+.
Nanard, le personnage de Bernard Tapie dans les 'Guignols' de l'info sur Canal+.
1 / 19

En 2007, alors ministre de l'Economie, l’actuelle directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde avait décidé de solder par un arbitrage privé le litige entre le Crédit lyonnais et Bernard Tapie sur la vente litigieuse d'Adidas par la banque en 1993.

Dans le cadre de cette affaire, la patronne du FMI est visée par une procédure de la Cour de justice de la République pour «complicité de détournement de fonds publics et de faux».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.