L’agence de droits sportifs Infront change encore de mains

Maketing sportifLe conglomérat chinois Wanda rachète la société zougoise au fonds d'investissement Bridgepoint. Interview de Xavier Robert, l’associé en charge de cette transaction.

Wang Jianlin (au centre), le président du groupe Wanda, est entouré de Philippe Blatter, le CEO d'Infront (à droite), et de Xavier Robert (à gauche), associé de Bridgepoint.

Wang Jianlin (au centre), le président du groupe Wanda, est entouré de Philippe Blatter, le CEO d'Infront (à droite), et de Xavier Robert (à gauche), associé de Bridgepoint. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mardi matin, le fonds d’investissement Bridgepoint annonçait la vente de l’agence de droits sportifs Infront au conglomérat chinois Wanda pour un milliard d'euros. Depuis Pékin, Xavier Robert, l’associé en charge de cette société zougoise depuis son achat en 2011, revient sur cette cession surprise.

– Pourquoi avez-vous décidé de revendre Infront?
Le «business model» d’un fonds comme le nôtre est d’acheter, puis de revendre des sociétés. Et cela même si, dans le cas de sociétés aussi florissantes qu’Infront, cette manière de faire peut s’avérer assez frustrante.

– Cette cession paraît toutefois très rapide…
Habituellement nous situons effectivement nos investissements sur un horizon de temps de cinq à six ans. Le développement plus rapide que ce que nous avions envisagé lors de l'achat d'Infront en 2011, ainsi que leurs nouvelles ambitions nécessitaient des fonds plus importants et donc de trouver un nouveau partenaire.

– Comment s’est passée cette recherche d’un associé?
Nous avons contacté un peu moins de dix acheteurs potentiels, dont plusieurs se sont portés candidats. La bataille finale était entre repreneurs chinois et américain.

– Et au final vous finissez par tout vendre…
Oui, puisque les bons acheteurs voulaient reprendre 100% des actifs de la société.

– Pourquoi votre choix s’est finalement porté sur les Chinois?
Naturellement le facteur prix a pesé dans la balance. Mais nous avons aussi tenu compte de ce que Wanda pourra apporter à l’entreprise. Ce conglomérat a des moyens gigantesques et des envies de former le plus grand groupe d’Entertainment au monde.

– Faut-il s’inquiéter pour les employés d’Infront, notamment ceux du siège zougois?
Tout sera conservé tel quel. Les chinois ont compris qu’un tel business repose avant tout sur les hommes.

– En 2011, vous ne communiquiez pas votre prix d’achat, par contre aujourd’hui vous annoncez la revendre pour plus d’un milliard… Quelle est votre marge bénéficiaire?
Elle est de 2,5 fois notre mise de départ (soit environ 600 millions, ndlr).

Créé: 10.02.2015, 17h24

Articles en relation

Le groupe chinois Wanda devient n°1 mondial des salles de cinéma

Divertissement Spécialisé dans les loisirs et la culture, le groupe chinois Wanda a acquis AMC, l'empire des multiplex en Amérique du Nord. Plus...

Et l'homme le plus riche de Chine est...

Classement Le patron du conglomérat géant Wanda, qui a notamment racheté la chaîne américaine de salles de cinéma AMC et un fabricant britannique de yachts, est désormais l'homme le plus riche de Chine, selon Forbes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.