Les agences du Credit Suisse perdent en attrait

BanqueL'établissement prévoit toujours de supprimer de 10% de ses 17'000 sites. Deux tiers du processus sont déjà achevés.

Thomas Gottstein, chef de l'unité helvétique du Credit Suisse, valide la stratégie de réduire les succursales.

Thomas Gottstein, chef de l'unité helvétique du Credit Suisse, valide la stratégie de réduire les succursales. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les clients réalisent toujours plus leurs opérations bancaires sur des canaux numériques. Credit Suisse ressent cette évolution. Pour Thomas Gottstein, responsable de l'unité helvétique de l'établissement, la fréquentation annuelle dans les agences recule de 5 à 8%.

Pour le moment, Credit Suisse ne compte pas fermer beaucoup de succursales. Au contraire, la banque veut agir de façon modeste. «Nous voulons rester présents dans les régions», déclare mardi Thomas Gottstein dans une interview à la Basler Zeitung.

Mais le secteur fait face à un comportement en constante évolution de la part de la clientèle. Il est donc difficile de fournir des réponses sûres concernant la fermeture d'agences à plus long terme.

Pour le directeur de Credit Suisse (Suisse), la réduction de voilure de la banque universelle helvétique est sur la bonne voie. En 2015, l'institut bancaire a annoncé que près de 10% des 17'000 sites étaient touchés par cette restructuration. Selon Thomas Gottstein, deux tiers du processus sont achevés. Le but est de gagner 3% d'efficacité chaque année, ce qui correspond à des économies nettes d'environ 100 millions de francs par an.

Entrée en Bourse avortée

Revenant sur l'entrée en Bourse (IPO) avortée de l'entité helvétique de l'établissement financier, Thomas Gottstein souligne que ce projet a entraîné relativement peu de dépenses supplémentaires. La banque voulait à l'origine, via cette opération, lever de nouveaux capitaux. Mais suite à un accord avec les autorités américaines concernant un différend hypothécaire, elle a changé ses plans et opté pour une augmentation de capital.

«Dans tous les cas de figure, nous avions à mettre en place de nombreuses mesures préparatoires, comme la création de Credit Suisse Suisse», ajoute Thomas Gottstein. La mise sur pied d'une unité helvétique a été rendue nécessaire par la réglementation sur les banques trop grandes pour faire faillite («too big to fail»). Ces règles doivent assurer le bon fonctionnement des activités les plus importantes d'un établissement financier même en période de crise, alors que d'autres unités peuvent se trouver dans une situation difficile.

Les équipes qui ont oeuvré à l'entrée en Bourse de l'entité helvétique de Credit Suisse ont d'abord dû digérer le fait que cette IPO ne se fera pas. Mais après discussions, elles ont compris que cette décision faisait sens. Ce sujet n'est plus à l'ordre du jour ni à l'interne ni à l'externe, précise Thomas Gottstein. (ats/nxp)

Créé: 18.07.2017, 12h57

Articles en relation

Banques: le renforcement des fonds propres fait peur

Suisse Les établissements jugent que le resserrement en matière de répartition des risques va trop loin et elles réclament pour les petits et moyens instituts un traitement moins sévère. Plus...

Les plaintes à l'ombudsman ont baissé

Banques En 2016, les services du médiateur des établissements bancaires suisses ont reçu 837 dossiers écrits et 1268 requêtes verbales. Plus...

Berne veut durcir les exigences des banques

Suisse Les établissements d'importance nationale devront se soumettre à de nouvelles mesures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.