Passer au contenu principal

Un agriculteur américain porte plainte contre Monsanto

Un agriculteur a demandé à être indemnisé de pertes de revenus à la suite de l'annonce de la découverte de blé OGM développé par le géant de l'agrochimie Monsanto aux Etats-Unis.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Un agriculteur américain a porté plainte contre le géant de l'agrochimie Monsanto, l'accusant de «négligence grossière».

Il a demandé à être indemnisé de pertes de revenus à la suite de l'annonce de la découverte de blé OGM développé par Monsanto aux Etats-Unis.

La plainte d'Ernest Barnes a été enregistrée lundi dans le Kansas, un Etat agricole du centre des Etats-Unis qui exporte 90% de sa production de blé.

«Nous nous attendons à ce que d'autres plaintes soient bientôt déposées» sur le même sujet et «il est probable qu'elles soient consolidées» en plainte en nom collectif, a déclaré mardi Warren Burns, avocat de l'agriculteur.

Ernest Barnes demande à être indemnisé à hauteur d'«au moins 100'000 dollars» pour les pertes qui pourraient survenir d'un impact sur les cours des contrats à terme sur le blé, qui déterminent le prix des contrats à l'exportation.

Une plainte «sans fondement»

Dans un communiqué, le directeur juridique de Monsanto, David Snively, a estimé que cette plainte était sans fondement et assuré que son groupe se défendrait «vigoureusement» en justice.

Cette plainte intervient «après la première découverte de blé (OGM) neuf ans après que Monsanto a arrêté le développement de ce programme», a-t-il ajouté, estimant que l'agriculteur «tente sa chance».

Les cours du blé ont reculé immédiatement après l'annonce par le ministère de l'Agriculture américain (USDA) de présence de blé OGM non homologué dans un champ de l'Oregon mercredi, mais ils ont rebondi par la suite. Le volume des exportations pourrait pâtir de l'annonce de la présence de blé OGM dans un champ aux Etats-Unis.

Depuis mercredi, le Japon et la Corée du Sud ont en effet suspendu une partie de leurs importations de blé américain. L'Union européenne a demandé à ses Etats-membres de tester leurs importations de blé américain et de ne pas les mettre en vente si elles comportaient du blé OGM.

Causes inexpliquées

Face à l'opposition d'acheteurs de blé dans de nombreux pays, Monsanto avait renoncé à commercialiser ce blé OGM développé entre 1998 et 2005, et n'a donc jamais cherché à le faire homologuer.

Le groupe et les autorités américaines cherchent à savoir quelles sont les causes de la présence de ce blé OGM dans l'Oregon et n'ont pour l'instant offert aucune explication.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.