Agriculteur intoxiqué: Monsanto fait recours

FranceLe groupe américain Monsanto, géant mondial des semences, des OGM et de l'agrochimie, s'est pourvu en cassation contre un jugement le désignant comme responsable.

Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe américain Monsanto, reconnu jeudi en appel à Lyon responsable de l'intoxication d'un agriculteur charentais, a confirmé vendredi son pourvoi en cassation. Il estime que la Cour n'avait confirmé que «partiellement» le jugement de première instance.

«La décision n'est pas définitive et il appartiendra aux juridictions civiles, notamment à la Cour de cassation, de se prononcer sur la question de la responsabilité de Monsanto dans cette affaire», a déclaré dans un communiqué le géant mondial des semences, des OGM et de l'agrochimie.

Pour le groupe, «la Cour d'appel de Lyon n'a confirmé que partiellement la décision du Tribunal de Grande Instance de Lyon qui avait retenu contre Monsanto l'existence de fautes à l'origine de l'accident invoqué par Paul François».

Ce céréalier de Bernac (Charente) avait été intoxiqué en avril 2004 après avoir inhalé des vapeurs de Lasso, un herbicide de Monsanto qu'il utilisait dans sa culture du maïs. Jeudi avec son avocat à Paris, il a crié victoire après cette nouvelle décision condamnant Monsanto à l'indemniser, alors qu'il est partiellement handicapé et souffre d'importantes séquelles.

Question du préjudice

Mais pour la firme américaine, «les questions du préjudice et du lien de causalité entre ce préjudice et l'exposition accidentelle restent entières».

Dans son arrêt, la Cour d'appel indique cependant qu'il est «établi» que M. François «a été hospitalisé le 27 avril 2004 à la suite d'une inhalation accidentelle d'un produit Lasso fabriqué ou en tout cas commercialisé initialement par la société Monsanto».

Selon le groupe encore, la cour a reconnu que «l'étiquette du Lasso précisait très clairement l'obligation de porter un vêtement de protection approprié, des gants et un 'appareil de protection des yeux et du visage'».

Mais la juridiction a aussi estimé que Monsanto avait «failli à son obligation d'information et de renseignement, omettant particulièrement de (...) préconiser l'emploi d'un appareil de protection respiratoire, notamment pour le nettoyage des cuves».

Lasso interdit

«Si l'attention de M. Paul François avait été plus spécialement attirée sur les risques graves pour la santé générés par l'inhalation du produit précédemment contenu dans la cuve, ce qu'il n'ignorait pas, il aurait nécessairement agi avec plus d'attention en prenant les précautions qui auraient dû précisément être recommandées sur l'étiquette ou le contenant du produit», a poursuivi la Cour.

Elle a conclu que le «lien de causalité entre le non-respect de l'obligation d'information et le préjudice est donc établi».

Jugé dangereux, le Lasso a été interdit en France en novembre 2007. Il avait été retiré du marché au Canada dès 1985, puis en 1992 en Belgique et au Royaume-Uni. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2015, 20h23

Articles en relation

Monsanto condamné pour l'intoxication d'un agriculteur

France Le géant américain des pesticides a été condamné jeudi en appel à Lyon pour l'intoxication d'un agriculteur français avec un herbicide pour le maïs, le Lasso. Plus...

Monsanto renonce à son offre de rachat de Syngenta

Chimie La firme bâloise ne sera finalement pas rachetée par Mosanto. Plus...

Le titre Syngenta bondit après une rumeur de Monsanto

Agrochimie Des informations sur un relèvement de l'offre d'achat de Monsanto ont fait bondir l'action du groupe agrochimique bâlois à la Bourse suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.