Airbnb veut entrer en Bourse en 2020

EconomieLe site de réservations de logements, qui vaut plus d'un milliard de dollars, a signifié son intention de rentrer en Bourse l'année prochaine.

Airbnb a cherché à se diversifier ces dernières années, se lançant notamment dans la réservation de restaurants.

Airbnb a cherché à se diversifier ces dernières années, se lançant notamment dans la réservation de restaurants. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plateforme Airbnb, qui a révolutionné la location de logements touristiques, a annoncé jeudi dans un communiqué son intention d'entrer en Bourse en 2020, sans donner davantage de détail.

Créée en 2008, Airbnb fait partie des «licornes», ces start-up technologiques valant plus d'un milliard de dollars avant même leur introduction en Bourse (IPO). Son arrivée prochaine sur les marchés se fera dans un contexte difficile pour ces jeunes pousses, qui bouleversent les secteurs économiques.

WeWork, qui a lancé une révolution des bureaux partagés, a en effet décidé mardi de repousser son entrée à Wall Street «d'ici à la fin de l'année», alors que la valeur de l'entreprise a fondu de plus de moitié en quelques mois, suscitant les interrogations des investisseurs.

De leur côté, les spécialistes de la réservation de voiture avec chauffeur Lyft et Uber, qui ont fait leurs baptême du feu boursier respectivement en mars et en mai, ont vu leur titre s'effondrer. Depuis leur arrivée à Wall Street, les actions des deux groupes ont dégringolé d'environ 24%.

Trop de pertes

De façon générale, les marchés s'interrogent sur le modèle économique de ces sociétés, qui alignent des pertes depuis leur création et ne parviennent toujours pas à convaincre qu'elles peuvent gagner de l'argent en dépit de lourds investissements.

Basée à San Francisco, Airbnb propose «plus de 6 millions de lieux uniques dans près de 100'000 villes et 191 pays» à travers le monde, selon le site de l'entreprise, cofondée et dirigée par Brian Chesky.

La plateforme a cherché à se diversifier ces dernières années, se lançant notamment dans la réservation de restaurants et mettant à disposition de ses utilisateurs des «expériences», où des tiers peuvent proposer des activités payantes. Son développement a suscité de nombreuses critiques, les municipalités lui reprochant de réduire l'offre de location et les hôteliers l'accusant de réduire leurs parts de marché. (ats/nxp)

Créé: 19.09.2019, 18h04

Articles en relation

Vaud veut encadrer l'activité d'Airbnb

Tourisme Le Conseil d'Etat vaudois veut mieux encadrer l'activité des plateformes qui recensent les logements en ligne du type Airbnb. Plus...

Airbnb en concurrence avec l'hôtellerie suisse

Tourisme Près de 50'000 logements sont proposés par la plateforme de location Airbnb en Suisse, qui capterait entre 6 et 12% des recettes de l’hôtellerie. Plus...

Six touristes meurent intoxiqués en Airbnb

Chili Des touristes brésiliens qui avaient loué un appart sur Airbnb sont morts intoxiqués au monoxyde de carbone au Chili. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.