Passer au contenu principal

Alpiq se sépare de centrales hydroélectriques

Le numéro un suisse de l'énergie a vendu des petites centrales hydroélectriques qu'il possède en Norvège.

Keystone

Malgré la vente de petites centrales, Alpiq reste néanmoins actif en Norvège avec des activités de négoce d'énergie et des opérations d'origination qui continueront d'être développées à Oslo.

La société bâloise Kleinkraftwerk Birseck (KKB) a donc repris cinq objets sur six.

Ces cessions doivent contribuer à la simplification du portefeuille de production d'Alpiq et visent également la réduction de l'endettement, indique mercredi le groupe valdo-soleurois dans un communiqué. Les détails financiers ne sont pas divulgués.

En Norvège, le groupe vaudois détenait des participations allant de 8 à 100% dans trois petites centrales hydroélectriques et dans trois projets de centrales. Les installations concernées sont en service depuis sept ans et représentent une puissance de 11,5 mégawatts.

KKB s'est emparé de deux centrales et des trois projets. Le dernier objet, des parts dans la centrale de Reisaeter, a été acquis par l'un des actionnaires actuels.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.