Passer au contenu principal

TransactionsAlpiq vend un de ses volets à Bouygues

La Bourse réagit positivement à la vente des activités industrielles de l'énergéticien valdo-soleurois. Mais certains analystes restent néanmoins sceptiques.

Pour Sven Bucher, analyste à la Banque cantonale de Zurich (BCZ), la vente d'Alpiq au français Bouygues Construction pour 850 millions de francs est logique. «Alpiq n'avait pas les moyens financiers pour développer ses activités industrielles», a-t-il répondu à une question posée par l'Agence télégraphique suisse (ATS).

En cédant ce volet industriel, qui comprend l'entité InTec et la société allemande Kraftanlagen, Alpiq a la possibilité de réduire ses dettes et de se concentrer sur le développement de ses autres activités. La stratégie de l'entreprise doit toutefois encore être clarifiée, a souligné Sven Bucher.

«Une entreprise dans le domaine énergétique peut réussir si elle est efficace en matière de production de l'électricité et si elle bénéfice de prix élevés», a expliqué l'expert de la BCZ, rappelant que la production d'électricité avait été déficitaire chez Alpiq au cours des dernières années.

Les analystes du Credit Suisse restent également prudents. «C'est une vente à double tranchant. Alpiq a obtenu un bon prix auprès de Bouygues Construction. Reste que le groupe a cédé un secteur qui générait de la croissance. Le profil de l'entreprise s'est donc affaibli», a prévenu Daniel Rupli, soulignant que l'avenir de la firme restait flou.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.