De l’or américain caché dans un coffre chez UBS

FiscalitéL’ancien vice-président de la banque privée Rahn Bodmer à Zurich est inculpé pour évasion fiscale.

D’après la plainte déposée par Preet Bharara, le procureur fédéral de New York, le cas en question est étroitement lié à l’affaire UBS aux Etats-Unis.

D’après la plainte déposée par Preet Bharara, le procureur fédéral de New York, le cas en question est étroitement lié à l’affaire UBS aux Etats-Unis. Image: Bebeto Matthews/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

M.D., un banquier suisse à la retraite, a été inculpé jeudi soir à New York pour évasion fiscale. L’ancien vice-président de Rahn Bodmer est accusé d’avoir aidé de riches clients américains à échapper au fisc de leur pays en les aidant à cacher des millions de dollars dans des sociétés écrans au Liechtenstein et au Panamá.

Et quand Washington a commencé à resserrer son étreinte autour des banques suisses, M.D. et son complice présumé, l’avocat helvético-américain E. P., auraient acheté de l’or avec l’argent de leurs clients américains. Cet or aurait été caché dans un coffre chez UBS à travers des comptes au nom d’E. P. Ce dernier a déjà plaidé coupable en 2013 et sera fixé sur son sort au printemps 2015.

Cinq ans de prison

M.D. habite en Suisse et n’a pas été arrêté. En cas de condamnation, il risque jusqu’à 5?ans de prison. Il fait partie de la direction de Camellia PLC, une société basée à Londres. Contactée, cette dernière n’a pas donné suite à notre demande d’interview.

La banque Rahn Bodmer a pour sa part pris connaissance avec «regret» de la plainte visant l’un de ses anciens collaborateurs. «Rahn Bodmer a décidé dès 2008 de ne plus gérer la fortune non déclarée de clients américains», selon un communiqué de Christian Rahn, le partenaire de la banque.

D’après la plainte déposée par Preet Bharara, le procureur fédéral de New York, ce cas est étroitement lié à l’affaire UBS aux Etats-Unis. M.D. et E. P. sont accusés d’avoir redoublé leurs efforts lorsque UBS a signé l’accord avec Washington en février 2009 et a accepté de payer une amende de 780 millions de dollars. «Selon nous, M.D. a été très loin pour aider des contribuables américains à cacher des millions de dollars sur des comptes dans des banques suisses», a affirmé Preet Bharara.

Le procureur décrit les cas de neuf clients dans sa plainte qui donne des détails sur les pratiques reprochées à M.D, à E. P. et à quatre avocats américains, dont l’un est décédé en 2008. De nombreux comptes auraient été ouverts pour des clients américains chez Rahn & Bodmer entre 1999 et 2000. Ils l’étaient au nom de sociétés écrans, elles-mêmes créées au Liechtenstein par E. P., qui travaillait étroitement avec M.D, toujours selon le texte de la plainte.

En 2008, lorsque le Liechtenstein a accepté de collaborer avec les autorités américaines, les fonds auraient été transférés dans d’autres comptes aux noms de sociétés écrans au Panamá.

Erreur de calcul

Au moment de la résolution de l’affaire UBS en 2009 aux Etats-Unis, M.D., E. P. et leurs complices présumés sont accusés d’avoir acheté de l’or et des métaux précieux qu’ils auraient placés dans un coffre loué à UBS par le biais des comptes ouverts au nom d’E. P. «Ces gens ont crû qu’ils pourraient acheter de l’or et le cacher, car cela ne générait pas de revenus, mais ils se sont trompés», glisse une source proche du dossier.

Créé: 14.11.2014, 20h58

Articles en relation

Les Etats-Unis ne comptent pas lâcher la bride des banques suisses

Poursuites Un nouveau dirigeant d'une banque helvétique se retrouve inculpé dans une affaire d’évasion fiscale. Plus...

Evasion fiscale: la filière des banquiers repentis

Décodage Plongée dans les affres juridiques des banquiers qui sont allés livrer des aveux à Washington. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.