Passer au contenu principal

Les Américains désamorcent la bombe politique Syngenta-ChemChina

A intervalles réguliers ces dernières mois, les médias suisses et étrangers se faisaient peur en évoquant les chances jugées élevées que le CIFIUS refuse carrément l'acquisition du groupe bâlois Syngenta pour le chinois ChemChina, annoncée en début d'année, ou en tout cas prononce d'importantes conditions à ce rachat.

Le méga deal à 43 milliards de dollars, le plus important jamais réalisé jusqu'à présent par la Chine en dehors de ses frontières, aurait pu être refusé par ce comité chargé de contrôler que les investissements étrangers ne mettent pas en péril la sécurité des Etats-Unis. Avant tout dans un contexte de campagne présidentielle au pays de l'Oncle Sam, où l'agriculture est un puissant lobby.

Des sénateurs sont même sortis du bois pour demander que les autres fusions et acquisitions annoncées dans ce domaine (offre de Bayer sur Monsanto, fusion de DuPont avec Dow Chemical) soient étudiées dans leur impact global sur l'agriculture et la sécurité alimentaire des Etats-Unis.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.