Boom économique américain à crédit

LA FINANCE EN DIRECTDes résultats impressionnants et une inflation qui augmente alors qu'il faut attendre 2019 pour voir les effets réels.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis plusieurs mois, les États-Unis occupent le devant de la scène. Leur président donne le la en vitupérant, à bon escient, lorsqu’il tente de tempérer la montée en puissance de la Chine et parfois à tout-va, quand il s’en prend à ses plus proches partenaires, le Canada ou la zone euro.

Au-delà de ces gesticulations, les résultats de l’économie américaine sont impressionnants. Grâce aux mesures de relance fiscale, la rentabilité des entreprises a été boostée, permettant à la bourse de battre de nouveaux records. Dans le sillage des plans de relance budgétaire, la croissance se renforce, ce qui devrait se traduire par une accélération de la progression du PIB cette année, alors que tant la croissance chinoise que celle du Vieux Continent seront moins rythmées.

L’embellie conjoncturelle profite tant aux ménages qu’aux industriels, mais elle n’est pas sans inconvénients. Le marché de l’emploi commence à être serré (taux de chômage au plus bas depuis 49 ans, difficultés croissantes à trouver des employés qualifiés…) et les salaires augmentent. Les taux d’utilisation des capacités de production, qui grimpent, peuvent entraîner des progressions plus vives des coûts de production et des prix de vente.

En deux mots, l’inflation est bien plus présente, proche de l’objectif à long terme de la Réserve fédérale américaine. Celle-ci n’aura d’autre alternative que de poursuivre ses hausses graduelles des taux courts, ces prochains trimestres.

C’est l’an prochain que l’on commencera à sentir les effets modérateurs de coûts de financement plus élevés et que l’on se posera des questions sur la santé des finances publiques américaines. En effet, les plans de relance budgétaires et fiscaux ont été financés à crédit, en creusant le déficit budgétaire des États-Unis. Pas grave tant que la croissance suit... Plus compliqué quand elle pâlira. (24 heures)

Créé: 09.10.2018, 23h16

Articles en relation

Le FMI se met au chevet de la conjoncture mondiale

Finance À Bali, le Fonds monétaire et la Banque mondiale chercheront à réduire le nombre de nuages planant sur l’économie. Plus...

Les réseaux sociaux quittent la technologie

LA FINANCE EN DIRECT À partir de cette semaine, Facebook, Alphabet ou Twitter quittent le secteur technologique mais restent cotés en Bourse Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...