Economiesuisse propose d'exempter les entreprises d'impôts

CriseFace au franc fort, Economiesuisse propose que certaines entreprises en paient pas d'impôts cette année. Selon Pascal Gentinetta, renoncer momentanément à l'impôt pourrait soulager les entreprises.

Le directeur de la Fédération suisse des entreprises, Pascal Gentinetta Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Economiesuisse propose que certaines entreprises ne paient pas d’impôts cette année en raison de l’impact du franc fort. L’Etat devrait y renoncer sur une base non discriminatoire, demande le directeur de la Fédération suisse des entreprises Pascal Gentinetta.

Ces propos, tenus dimanche dans l’hebdomadaire alémanique Sonntag, renforcent les exigences d’economiesuisse qui jusque-là évoquaient des allègements fiscaux. Ne pas payer momentanément des impôts permettrait de soulager immédiatement les entreprises qui souffrent de la vigueur du franc, selon Pascal Gentinetta.

Allégements pour 2 milliards

L’idée d’economiesuisse s’inscrit dans le contexte du paquet de 2 milliards de francs annoncé il y a dix jours par le Conseil fédéral. Cette manne publique, dont l’affectation n’est pas encore arrêtée, vise à soulager les secteurs exportateurs (y compris le tourisme), touchés par la crise du franc fort.

Les allégements fiscaux considérés par economiesuisse se montent à environ 2 milliards de francs, a précisé à l’ats une porte-parole de l’organisation patronale. Parmi les mesures à court terme, economiesuisse réitère son rejet des subventions en faveur de branches et d’entreprises.

Passage dans le rouge

«Les impôts dus cette année se fondent sur les résultats dégagés en 2010. Et comme depuis beaucoup d’entreprises sont très rapidement passées de la zone bénéficiaire à la zone déficitaire, la mesure se justifie», explique encore Pascal Gentinetta, le Romand précisant qu’il y a aussi des taxes qui sont indépendantes des bénéfices.

Depuis près de deux ans, economiesuisse plaide en faveur d’une amélioration des conditions-cadre pour contrer le handicap constitué par l’appréciation du franc. Le 9 août, le cours de l’euro a presque atteint la parité contre la devise helvétique, avant de remonter pour valoir actuellement près de 1,17 franc. (ATS/TDG)

Créé: 08.12.2011, 11h39

Dossiers