Falciani: «Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg»

SwissLeaksLe lanceur d'alerte affirme que les journalistes n'ont eu accès qu'à «une partie» des informations.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les journalistes qui ont révélé le scandale de fraude fiscale de HSBC Suisse n'ont eu accès qu'à la «partie émergée de l'iceberg», assure mardi 10 février au Parisien l'ex-informaticien franco-italien de HSBC Hervé Falciani. «L'administration fiscale en a eu encore bien plus», ajoute-t-il.

Le lanceur d'alerte, visé par un mandat d'arrêt international lancé par la Suisse pour violation de son secret bancaire, affirme que les journalistes n'ont eu accès qu'à «une partie» des informations qu'il a transmises à l'Etat français.

Interrogé sur les 106'000 clients particuliers que Le Monde dit avoir détectés, Hervé Falciani affirme: «Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg... il y en a encore plus que ce qu'ont les journalistes. Plusieurs millions de transactions (NDLR : entre banques) sont également répertoriées dans les documents que j'ai transmis. Ces chiffres peuvent donner une idée de ce que peut être le dessous de l'iceberg.»

Banques françaises concernées

La filiale suisse de la banque HSBC est au centre d'un vaste scandale après que plusieurs journaux ont assuré qu'elle avait aidé certains de ses clients, notamment de riches industriels et des personnalités politiques, à cacher des milliards de dollars pour leur éviter de payer des impôts.

Selon Hervé Falciani, «il est impossible que les grandes banques françaises ne soient pas concernées» par ce système de fraude fiscale. «C'est d'une industrie que l'on parle. Donc, bien sûr que les banques françaises sont bien placées».

Interrogé sur l'efficacité des législations anti-évasion fiscale mises en place en France après l'affaire Cahuzac et aux Etats-Unis, il avertit que «la réglementation va surtout mettre le paquet sur les clients particuliers qui déclarent un compte en leur nom propre. Ce sont les petits, le fond du panier. Le haut du panier utilise des sociétés, parfois créées de façon frauduleuse.»

Il se déclare en faveur d'une «protection financière aux détenteurs d'informations d'intérêt public» afin de faire «avancer la démocratie».

(ats/nxp)

Créé: 10.02.2015, 06h45

Articles en relation

Hervé Falciani, héros des lanceurs d'alerte

SwissLeaks L'informaticien franco-italien, ex-employé d'HSBC à Genève, est un héros chez les lanceurs d'alerte de la finance mondialisée. Plus...

Gad Elmaleh et HSBC, risée de Twitter

SwissLeaks De toutes les célébrités citées par les médias, c'est l'humoriste Gad Elmaleh qui fait surtout réagir la Toile. Plus...

Les révélations de SwissLeaks en chiffres

Tricherie fiscale La vaste évasion fiscale organisée par la banque HSBC mise en lumière par le consortium international de journalistes est éclairante. Plus...

SwissLeaks: Micheline Calmy-Rey est «fâchée»

Evasion fiscale Plusieurs médias ont exposé lundi la face cachée du secret bancaire en Suisse. Les réactions affluent. Plus...

De Gad Elmaleh à Mohamed VI, les arcanes de la fraude fiscale

SwissLeaks A Genève, HSBC ne pratiquait pas seulement l'évasion fiscale. La banque abritait également l’argent de narcotrafiquants et de financiers du terrorisme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.