À Genève, HSBC tourne la page des «affaires» fiscales

Place financièreL'antenne helvétique du géant bancaire solde son litige avec les Etats-Unis en payant 192 millions. Pictet reste le dernier grand établissement à attendre encore son sort.

HSBC a joué un rôle dans l'évasion fiscale de plusieurs riches clients étrangers durant la précédente décennie.

HSBC a joué un rôle dans l'évasion fiscale de plusieurs riches clients étrangers durant la précédente décennie. Image: IRINA POPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Restructurée en profondeur après son implication dans plusieurs affaires retentissantes, l'antenne helvétique du géant bancaire HSBC tourne la page sur son dernier gros contentieux lié au rôle qu'elle a joué dans l'évasion fiscale à laquelle s'adonnaient nombre de ses riches clients étrangers durant la précédente décennie.

Le tout-puissant Département américain de la justice (DoJ) a annoncé mardi soir que les poursuites à l'encontre de HSBC Private Bank (Suisse) SA allaient être levées – après une période probatoire de trois ans – moyennant le paiement d'une amende et de réparations totalisant 192 millions de dollars. La banque s'est également engagée à fournir à l'avenir tous les détails concernant ses clients américains, notamment sur ceux qui avaient fermé leur compte chez elle entre 2009 et 2017.

Face aux magistrats américains, l'établissement a dû admettre qu'il «avait été de connivence avec des contribuables américains ayant cherché à éviter [de payer] leurs impôts» en parquant chez elle des avoirs qui avaient totalisé jusqu'à 1,3 milliard de dollars en 2007.

Sur la caisse de Genève

Cette pénalité due sera réglée grâce à une provision qui avait déjà été mise de côté par cette filiale helvétique. Au niveau de l'ensemble du groupe bancaire londonien, l'enveloppe réservée au seuls litiges fiscaux dépassait les 600 millions de dollars l'été dernier, selon le dernier rapport d'activité.

Cette antenne genevoise avait déjà conclu un accord similaire il y a deux ans avec les autorités françaises: elle avait versé 350 millions d'euros pour mettre un terme aux poursuites ouvertes sur la base des informations subtilisées en interne par un informaticien de la banque au nom devenu célèbre: Hervé Falciani. En Belgique, cette même filiale du bout du lac dédiée à une partie clientèle fortunée du groupe a payé en août dernier près de 295 millions d’euros pour mettre fin à une enquête similaire.

HSBC «continue d'investir» à Genève

La banque estime avoir tourné la page sur ces affaires fiscale qui l'ont ébranlée au début de la décennie. «Notre filiale suisse est aujourd'hui dirigée par une nouvelle équipe et se focalise sur un nombre plus restreint de pays et de clients afin de développer ses activités de manière pérenne», assure son directeur Alex Classen dans un communiqué. Un porte-parole ajoute que la Suisse reste «un marché crucial pour HSBC» qui «continue d'y investir».

«La Suisse reste un marché crucial, HSBC continue d'y investir»

L'antenne helvétique d'HSBC a recentré ses services de gestion de patrimoine sur une clientèle plus fortunée à même de lui confier plus de 5 millions de francs. Elle a notamment tiré un trait sur les déposants lui apportant moins d'un million, souvent en provenance des pays voisins, et dont un grand nombre avaient été rattrapés par leurs agents du fisc respectifs.

Les effectifs n'ont plus guère bougé depuis le dernier licenciement collectif qui avait touché 81 personnes à Genève, il y a deux ans. HSBC Private Bank (Suisse) SA emploie aujourd'hui un peu plus de 900 collaborateurs en Suisse, l'essentiel des effectifs étant situé au bout du lac.

Pictet ou l'arlésienne américaine

L'antenne genevoise de HSBC est l'une des dernières institutions à passer à la caisse, à l'issue des enquêtes tous azimuts lancées il y a six ans par les États-Unis à l'encontre du secteur bancaire helvétique. À titre de comparaison, Lombard Odier avait dû verser près de 100 millions dès la fin 2015, UBP étant soulagée de 187 millions un an plus tard.

Il ne reste plus qu'une banque d'importance qui ne soit toujours pas fixée sur son sort américain: Pictet. «Nous attendons, sans pouvoir faire de commentaire à ce sujet», indique le porte-parole de l'établissement genevois, comme il le fait depuis cinq ans chaque fois que la question revient sur la table.


* Rectificatif (jeudi 12.12.2019):

Confusion des devises dans lesquelles était exprimée cette amende dans une précédente version. Revoici donc son montant, corrigé. L'antenne genevoise d'HSBC avait accepté de payer 300 millions d'euros à l'Etat français – soit 350 millions de francs au taux de change d'alors – afin d'échapper définitivement à toute poursuite, une première à l'époque.

Créé: 11.12.2019, 17h16

Articles en relation

«Je suis consultant pour traquer les fraudes»

Affaire HSBC Editorial Hervé Falciani, exilé en Espagne, ne croit pas que son pays d’accueil acceptera son extradition en Suisse, où il a été condamné. Plus...

Hervé Falciani prié de se présenter devant la justice genevoise

Convocation L’ex-informaticien de HSBC, arrêté en Espagne, est mis en cause par un homme d’affaires grec. Audience le 20 juin Plus...

Falciani risque bien, cette fois, l’extradition vers la Suisse

Vol de données Editorial Remis en liberté surveillée par Madrid, l’ex-informaticien de HSBC, condamné en Suisse, n’a plus son destin en main. Plus...

Détournement de trois millions de francs chez HSBC à Genève

Interpellations Un employé de la banque s’est servi deux ans durant dans les comptes de sa clientèle turque. Il a été licencié à la fin de 2017. Plus...

Pour 300 millions d’euros, HSBC solde ses litiges avec la France

Justice En payant, la banque évite un procès pour «blanchiment de fraude fiscale» et «complicité de démarchage illicite». Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...