HSBC prive de publicité les médias à la «couverture hostile»

SwissLeaksLa banque britannique confirme retirer sa publicité des journaux qu'elle juge «hostiles». La semaine dernière, un journaliste du Daily Telegraph accusait son journal de protéger son annonceur.

La semaine dernière, Peter Oborne, éditorialiste du<i> Daily Telegraph</i> démissionnait en accusant son journal de sous-traiter l'affaire SwissLeaks, qui embarrasse son annonceur HSBC. La banque a reconnu lundi 23 février retirer sa publicité des médias à «couverture hostile» (archives).

La semaine dernière, Peter Oborne, éditorialiste du Daily Telegraph démissionnait en accusant son journal de sous-traiter l'affaire SwissLeaks, qui embarrasse son annonceur HSBC. La banque a reconnu lundi 23 février retirer sa publicité des médias à «couverture hostile» (archives). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le directeur général de HSBC, Stuart Gulliver, a reconnu lundi 23 février que la banque britannique retirait ses publicités des médias qui se livraient à une «couverture hostile», tout en se défendant de chercher à les influencer.

Alors qu'on lui demandait si HSBC avait bel et bien supprimé des campagnes publicitaires dans des médias à la suite d'articles défavorables, le patron du groupe a assuré que «cela n'a rien à voir avec chercher à influencer la couverture éditoriale de qui que ce soit». «Nous avons recours à la publicité pour vendre plus de produits bancaires. Et ça ne fait aucun sens de placer une publicité à côté d'une couverture journalistique hostile», a-t-il déclaré lors de la présentation des résultats annuels du groupe.

«Bon sens»

«Si vous lisez pages 4 et 5 que HSBC est une mauvaise entreprise, c'est peu probable que vous allez vous dire une page plus loin et si j'allais prendre un crédit immobilier chez eux?», a-t-il argumenté. «C'est du bon sens, c'est le business qui veut ça: nous ne plaçons pas de publicités à côté d'articles hostiles parce que ces dépenses publicitaires ne nous rapporteraient rien», a-t-il plaidé.

Un éditorialiste du Daily Telegraph a démissionné avec fracas la semaine dernière, dans le sillage du scandale SwissLeaks, en accusant le quotidien britannique conservateur d'avoir censuré des informations sur HSBC, afin de conserver les faveurs de cet important annonceur, ce dont le quotidien s'est vigoureusement défendu. (ELB/afp/nxp)

Créé: 23.02.2015, 13h24

Articles en relation

Le patron de HSBC défend son compte en Suisse

Fraude Stuart Gulliver nie avoir ouvert un compte pour raison fiscale, mais seulement pour des raisons de confidentialité. Cette annonce tombe quelques jours après le scandale SwissLeaks. Plus...

Les révélations de SwissLeaks en chiffres

Tricherie fiscale La vaste évasion fiscale organisée par la banque HSBC mise en lumière par le consortium international de journalistes est éclairante. Plus...

Le «Telegraph» a-t-il censuré des infos sur HBSC, son annonceur?

Compromissions Un éditorialiste du «Daily Telegraph» a démissionné avec fracas, arguant que le grand quotidien britannique avait peu couvert les Swissleaks. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.