HSBC mise en examen dans l'affaire Swissleaks

FranceCette mise en examen est assortie d'une caution d'un milliard d'euros. La banque est accusée de blanchiment aggravé de fraude fiscale et démarchage illicite.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe bancaire britannique HSBC Holdings a annoncé jeudi 9 avril avoir été mis en examen par la justice française., notamment pour complicité de blanchiment de fraude fiscale.

Cette mise en examen est assortie d'une caution d'un milliard d'euros, proche de la somme record imposée à la banque suisse UBS dans un autre dossier d'évasion fiscale (1,1 milliard d'euros).

«HSBC Holdings Plc. considère que la décision des magistrats est infondée, et que le cautionnement est injustifié et d'un montant démesuré. Elle entend interjeter appel de cette décision et se défendra vigoureusement dans toute future procédure», a réagi la banque dans un communiqué transmis à l'AFP.

Risque d'un procès en France

Cette mise en examen, également prononcée pour complicité de démarchage illicite, intervient quelques semaines après l'opération Swissleaks, des révélations d'un réseau mondial de journaux sur des pratiques d'évasion fiscale à grande échelle passées par la filiale suisse d'HSBC, HSBC PB, basée à Genève.

La mise en examen de la holding est d'ailleurs liée à ces soupçons qui valent à HSBC PB la perspective d'un procès en France dans les prochains mois, pour ces faits commis en 2006 et 2007.

«Ce qui est reproché» à la maison mère, «c'est un défaut de surveillance, de contrôle de la filiale suisse», a expliqué une source proche du dossier. Contacté par l'AFP, l'avocat parisien de la holding HSBC s'est refusé à tout commentaire.

Dissimuler les avoirs des clients

Les enquêteurs français soupçonnent HSBC PB d'avoir utilisé de nombreux trusts et sociétés écrans pour aider ses clients fortunés à dissimuler leurs avoirs.

Ils ont aussi la conviction que des solutions ont été proposées aux clients pour échapper à l'application d'une directive européenne sur l'imposition des revenus de l'épargne (ESD).

Selon Le Monde qui a initié l'opération Swissleaks, quelque 180,6 milliards d'euros appartenant à plus de 100'000 clients et 20'000 personnes morales ont transité, entre novembre 2006 et mars 2007, sur des comptes de la banque en Suisse, dissimulés derrière des structures offshore.

Le montant des avoirs cachés français se serait élevé à plus de 5 milliards d'euros pour près de 9000 clients, selon le quotidien. Le géant bancaire avait fait profil bas, reconnaissant des «manquements» tout en assurant que ces pratiques appartenaient au passé. (afp/nxp)

Créé: 09.04.2015, 15h22

Articles en relation

Le parquet français demande un procès pour la filiale suisse d'HSBC

France La justice française en matière de finances a requis cette semaine le renvoi en correctionnelle de la filiale suisse d'HSBC, pour démarchage illicite de clients et blanchiment de fraude fiscale en 2006-2007. Plus...

L'Argentine réclame plus de 3 milliards à HSBC Suisse

Swissleaks L'Argentine réclame à la banque britannique de rapatrier les fonds des quelque 4000 Argentins qui avaient des comptes dans sa filiale suisse. Plus...

Brasilia veut épingler ses détenteurs de comptes HSBC

Swissleaks Le ministère brésilien de la Justice a ordonné l'ouverture d'une enquête fédérale sur «de possibles actes illicites» de citoyens brésiliens dans le cadre du scandale SwissLeaks. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.