Le patron de HSBC défend son compte en Suisse

FraudeStuart Gulliver nie avoir ouvert un compte pour raison fiscale, mais seulement pour des raisons de confidentialité. Cette annonce tombe quelques jours après le scandale SwissLeaks.

Stuart Gulliver s'est défendu lundi 23 février de toute fraude fiscale: il a même rapatrié le siège de sa banque à Londres où elle est dûment taxée. Il défend également son propre compte suisse, quelques jours après l'éclatement du scandale SwissLeaks qui met HSBC au centre d'un vaste réseau de blanchiment d'argent.

Stuart Gulliver s'est défendu lundi 23 février de toute fraude fiscale: il a même rapatrié le siège de sa banque à Londres où elle est dûment taxée. Il défend également son propre compte suisse, quelques jours après l'éclatement du scandale SwissLeaks qui met HSBC au centre d'un vaste réseau de blanchiment d'argent. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le patron de HSBC Stuart Gulliver s'est défendu lundi 23 février de toute malversation après la révélation par le Guardian du fait qu'il détenait un compte en Suisse, alors que la banque britannique est plongée dans un scandale d'évasion fiscale.

«M. Gulliver détient un compte en Suisse», a confirmé HSBC dans un communiqué. «Il l'a ouvert en 1998 lorsqu'il vivait et travaillait à Hong Kong», pour recevoir ses primes, et celles-ci étaient dûment taxées à Hong Kong, a-t-elle précisé.

Ce compte a été ouvert «au nom d'une société panaméenne pour des raisons de confidentialité et cela n'avait aucun autre but et n'a permis aucun avantage fiscal ou de toute autre nature», a assuré la banque.

Garantir la confidentialité de son salaire

L'exercice habituel de présentation des comptes annuels du groupe s'est transformé lundi en difficile séance d'explication pour M. Gulliver, pressé de questions par des journalistes sur le compte en Suisse qu'il a ouvert en 1998 et dont l'existence a été révélée dimanche.

«Je paye des impôts britanniques sur l'ensemble de mes revenus mondiaux (...). Et je ne pense pas avoir affecté en aucune manière ma capacité» à diriger le groupe, a martelé M. Gulliver.

D'après le Guardian, ce compte abondé des primes perçues par M. Gulliver alors expatrié à Hong Kong était crédité de 7,6 millions de dollars (6,7 millions d'euros) en 2007. Le numéro un exécutif de la banque a refusé de dire s'il existait encore mais a précisé qu'il avait été créé à l'époque pour garantir la confidentialité de sa rémunération.

En outre, M. Gulliver a ajouté que depuis qu'il était retourné travailler au Royaume-Uni en 2003, il était imposé par le fisc britannique sur l'ensemble de ses revenus mondiaux, y compris ce compte.

Défense de fuir le fisc

Il a souligné aussi que, contrairement à son prédécesseur Stephen Green qui avait installé son quartier général à Hong Kong, il avait choisi de le réinstaller à Londres lors de son accession à la direction générale du groupe. Il a mis en exergue le fait que s'il était retourné travailler dans le territoire chinois, il payerait des impôts nettement moins élevés qu'au Royaume-Uni.

M. Gulliver a reçu au passage le ferme soutien du président du groupe, Douglas Flint. «Stuart n'a rien fait qui ne soit pas transparent, légal et approprié», a assuré ce dernier.

Le quotidien The Guardian avait révélé dimanche soir que Stuart Gulliver détenait un compte en Suisse via une société enregistrée au Panama. Ce compte contenait 7,6 millions de dollars (6,7 millions d'euros) en 2007.

Mauvais chiffres

Le groupe a annoncé en outre dans son rapport annuel que la part variable de rémunération de M. Gulliver avait été diminuée de 38% l'année dernière. Une indemnité fixe supplémentaire a néanmoins été attribuée au directeur général, dont la paie globale a atteint in fine 7,6 millions de livres (10,3 millions d'euros), soit 5% de moins sur un an.

«Cet ajustement est justifié par les résultats financiers et les problèmes légaux et réglementaires pesant sur le groupe», a expliqué le président du comité de rémunération. (ELB/afp/nxp)

Créé: 23.02.2015, 12h22

Articles en relation

Le bénéfice de HSBC pénalisé par des amendes

Banque Le géant bancaire, qui affronte actuellement la tempête SwissLeaks, annonce un bénéfice net 2014 en recul de 14%. Plus...

Le directeur général de HSBC a un compte en Suisse

SwissLeaks Le directeur général de la banque HSBC, Stuart Gulliver, possède un compte en Suisse ouvert en 1998 qui contiendrait plus de 7 millions de francs. Plus...

Les parlementaires fédéraux s'intéressent au cas HSBC

Secret bancaire La commission de gestion du Conseil des Etats veut en savoir plus sur le contrôle exercé sur cette banque par l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA). Plus...

Mohammed VI justifie son compte chez HSBC

SwissLeaks Le roi du Maroc affirme que son compte en Suisse a été ouvert «dans le strict respect de la réglementation» en vigueur dans le royaume. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.