Passer au contenu principal

Prêt hypothécaire: Libor ou à taux fixe?

Les taux longs devraient peu à peu escompter le revirement de tendance de la politique monétaire à partir du second semestre 2017.

Image d'illiustration
Image d'illiustration
Keystone

La baisse continue des taux d’intérêt depuis plusieurs années semble peu à peu toucher à son terme. La Réserve fédérale américaine a ainsi de nouveau relevé son taux directeur de 0,25 point de pourcentage, début mars. Cela le porte désormais à 0,75 point de pourcentage au-dessus de son plus bas après la crise financière. La Banque centrale européenne (BCE) devrait également bientôt emboîter le pas aux États-Unis et resserrer légèrement sa politique monétaire ultra-accommodante à partir de l’année prochaine, en réduisant progressivement ses rachats d’emprunts.

«On devrait voir décoller peu à peu les taux des prêts à taux fixe»

Dans notre scénario, les taux longs devraient peu à peu escompter ce revirement de tendance de la politique monétaire à partir du second semestre 2017 et légèrement augmenter. Nous prévoyons ainsi, dans un an, une hausse du rendement des emprunts de la Confédération suisse à dix ans de l’ordre de 0,25 point de pourcentage. Autrement dit, on devrait également voir décoller peu à peu de leur plancher les taux d’intérêt des prêts hypothécaires à taux fixe.

Pour les preneurs de crédit, qui ont une aversion au risque, le moment est donc idéal pour conclure un prêt hypothécaire à taux fixe. Le supplément d’intérêt des prêts hypothécaires à taux fixe par rapport aux prêts hypothécaires Libor est encore extrêmement faible en ce moment. Mais il devrait augmenter lentement dans le contexte de hausse des taux à long terme. Pour les preneurs de crédit plus enclins au risque, il n’y a en revanche pas d’urgence à opter pour un prêt hypothécaire à taux fixe. Car s’il faut s’attendre à une charge d’intérêts quelque peu supérieure pour les prêts hypothécaires Libor dans deux ou trois ans, cette majoration devrait toutefois rester minime par rapport au niveau actuel. D’une part, en effet, les premières hausses des taux directeurs par la BNS ne devraient pas intervenir avant fin 2018 et, de l’autre, les taux des prêts hypothécaires ne devraient se redresser sensiblement qu’à partir du moment où le taux Libor sera à nouveau positif.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.