Tout savoir sur l'exil fiscal des Français en Suisse

Exil ou exode?Sportifs, stars du show-biz, patrons, chercheurs: l'exil fiscal des Français ne ralentit pas. Avocate fiscaliste, Manon Sieraczek-Laporte décrypte dans un livre le phénomène, dont les départs vers la Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le phénomène n'est pas nouveau. Depuis le début du XXe siècle, des contribuables français ont quitté l'Hexagone. «Avec des pics: dans les années 1930, au retour de la gauche en 1981, en 1995 et depuis 2011.

Il y a autant de fantasmes et d’amalgames sur ce sujet car la pression fiscale a augmenté aussi bien sous les gouvernements de gauche que de droite (le gouvernement Juppé a déplafonné l'impôt de solidarité sur la fortune en 1995, proposition de taxer les exilés fiscaux)», explique Manon Sieraczek-Laporte, avocate fiscaliste française, auteur de «Exilés fiscaux: Tabous fantasmes et vérités» (Editions du Moment).

La «cellule de dégrisement» comme déclencheur

«Au départ, il y a eu cette volonté de Nicolas Sarkozy de faire revenir les exilés fiscaux. Une "cellule de dégrisement" a été mise en place pour faciliter leur retour. Mais beaucoup de Français installés à l'étranger ne seraient pas revenus (même si plusieurs milliards d’euros ont été rapatriés). Et ceux qui se sont intéressés à ces dispositifs ont fait preuve d'une telle prudence et de tant de précautions que j'ai souhaité comprendre le problème dans toutes ses dimensions», raconte l'avocate française.

Et la voilà partie pour plusieurs mois, d'entretiens, de rencontres, de recherche. De frustrations également, notamment en matière de données chiffrées. A de nombreuses reprises et auprès de différentes administrations, Manon Sieraczek-Laporte n'a pas pu obtenir de données chiffrées sur l'exil fiscal.

«Le canton de Vaud, un exemple de démocratie»

Impossible de rapporter des données précises chiffrées à l’exception du nombre d’assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune. Une absence de données qui peut être soit liée à une difficulté de collecte et/ou de traitement des informations, soit à une éventuelle volonté de ne pas dévoiler les chiffres.

«On est là très loin de la transparence des informations des autorités fiscales de certains cantons suisses à l’égard de ses administrés: sur ce point, le canton de Vaud constitue selon moi un exemple de démocratie», constate l'auteure.

La Suisse est d'ailleurs incontournable dans son ouvrage. En tout premier lieu car c'est sur le sol de la Confédération que réside la plus grande communauté de Français hors de l'Hexagone avec près de 200'000 ressortissants. C’est la première destination des Français qui s’installent à l’étranger.

L'image de la Suisse en France

Mais aussi car les différents cantons, notamment romands, ont su attirer des exilés célèbres dont les démêlés avec le fisc français ont défrayé la chronique. Pourtant, Manon Sieraczek-Laporte l'affirme et le répète: «La Suisse n'est pas un paradis fiscal selon les critères de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE): les impôts ne sont pas insignifiants.»

Les raisons de cette image trompeuse en France? Le départ pour la Suisse de nombreuses personnalités depuis plusieurs années et l’absence de confiance dans la zone euro. Mais aussi le secret bancaire et le rôle de certaines banques qui auraient pu encourager la fraude fiscale.

Genève est décrite comme «une ville où il ne se passe rien»

Pourtant, sous la plume de Manon Sieraczek-Laporte, portée par les témoignages des exilés, le portrait de la Suisse n'est pas idyllique pour tous: «La Suisse, c'est un mouroir», affirme même un de ses témoins qui a tenté plusieurs destinations. Genève est décrite comme «une ville où il ne se passe rien».

Pourtant, l'avocate énumère les grands noms installés ici, et rappelle le nombre de ressortissants officiellement installés dans la Confédération. Mais elle s'empresse aussi de préciser les raisons qui sont multiples et non pas uniquement de nature fiscale.

Et donc de définir une typologie: l'exil fiscal en Suisse, c'est pour les rentiers, les sportifs, les artistes, les investisseurs privés familiaux soucieux de se retrouver dans un environnement familier, linguistiquement ou culturellement. Des personnes moins fortunées qu’avant aussi.

Pour les financiers, les jeunes entrepreneurs sans attaches, d'autres destinations (Belgique, Singapour, Londres, Etats-Unis) sont plus intéressantes.

Le climat général français défavorable

Au fil d'une enquête passionnante, étayée par des témoignages nombreux (exilés, experts, élus), appuyée par un raisonnement basé sur les revirements législatifs français, Manon Sieraczek-Laporte décortique avec une précision horlogère un phénomène qui génère de nombreux fantasmes et amalgames.

Des fantasmes qui prennent appui sur un état d'esprit général en France jugé défavorable voire «délétère» par de nombreux entrepreneurs. «Ceux qui s'en vont le font souvent par dépit et après avoir beaucoup donné et tout tenté pour rester. Mais au final, ils jugent que la France est un vieux pays avec de vieux réflexes», constate Manon Sieraczek-Laporte.

Deux millions d'emplois perdus en France depuis une vingtaine d’années

La suppression de la cellule de dégrisement et les nouveaux prélèvements obligatoires qui surgissent n'incitent pas la spécialiste à l'optimisme: «Nous sommes mal partis pour voir les exilés fiscaux revenir. Pourtant, avec une régularisation possible (et non pas une amnistie), un allègement de la pression fiscale et une refonte du système d’imposition, l'Etat aurait tout à gagner en termes de rentrées fiscales», estime-t-elle.

Et en termes de croissance économique, les avantages seraient là aussi: la Fondation Concorde a estimé à deux millions le nombre d'emplois perdus du fait de l'exil des Français les plus fortunés et les plus dynamiques.

A ce rythme-là, ce n'est bientôt plus d'exil fiscal mais d'exode fiscal qu'il faudra parler pour la France. «Il y a dans ce pays un problème de consentement à l'impôt particulièrement aigu. Les solutions sont pourtant simples: outre une refonte totale du système fiscal, il est indispensable de faire de la pédagogie à l’impôt, prévenir plutôt que réprimer. En un mot, inciter les exilés à revenir ou retenir ceux qui auraient envie de partir», conclut Manon Sieraczek-Laporte.

Créé: 13.06.2013, 10h16

Articles en relation

Les Suisses sont critiques face à l'évasion fiscale

Sondage Selon un sondage publié samedi, près d'un Suisse sur deux se dit favorable à ce que les banques envoient les relevés bancaires annuels directement aux autorités fiscales. Plus...

Les Anglo-Saxons lancent l'offensive contre l'évasion fiscale

Paradis offshore Le fisc britannique et ses homologues australien et américain lancent une enquête sur des sociétés offshore créées par des entreprises ou des particuliers pour échapper à l'impôt. Plus...

Le Conseil des Etats accepte la Lex USA

Conflit fiscal Le Conseil des Etats a accepté mercredi la loi urgente permettant aux banques suisses d'éviter des poursuites judiciaires en coopérant avec la justice américaine Le National doit encore se prononcer mardi 18 juin. Plus...

«Pour UBS en France, l'instruction sera longue»

Conflit fiscal Les procédures engagées en France contre UBS et plusieurs cadres augurent d'une longue instruction. L'avocate fiscaliste française Manon Sieraczek-Laporte commente cette affaire qui va durer. Plus...

Manon Sieraczek-Laporte (Image: François Maréchal)

«Exilés fiscaux: Tabous fantasmes et vérités», par Manon Sieraczek-Laporte, aux Editions du Moment. (Image: Newsnet)

L'exil fiscal scruté

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.