Le «shutdown» et son impact sur l'économie

Etats-UnisAu-delà des bureaux fermés et du bras de fer politique entre Républicains et Démocrates, le «shutdown» américain aura un impact très important sur l'économie américaine et mondiale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La première économie mondiale paralysée par un désaccord parlementaire sur le budget. Si certains voient là un signe positif de débat démocratique intense, à l'image de Jean-Marc Vittori, du quotidien économique français Les Echos, la situation actuelle aura un impact très important sur l'économie américaine et mondiale.

Ainsi, les analystes de Forex.com estiment que toute crise de ce genre «supérieure à cinq jours aura probablement un impact matériel sur la croissance du quatrième trimestre»: hausse du déficit budgétaire, perte de confiance des acteurs de l'économie, dégradation de la note de la dette publique américaine et pertes de recettes pour l’Etat fédéral du fait de la fermeture de ses services.

La durée du «shutdown» sera cruciale

Ce dernier point a été chiffré par Goldman Sachs à 8 milliards de dollars par semaine de fermeture des services publics, dont 200 à 300 millions de dollars par jour au seul quartier de Washington DC (pertes de salaires, baisse d'activité des commerces et entreprises locales). Pour Goldman Sachs, l'impact pourrait atteindre 0,8% du PIB sur le 4e trimestre.

Moins pessimistes, leurs confrères d'Alpari envisagent qu'«un shutdown de trois semaines, similaire à celui vécu il y a 17 ans, pourrait retrancher 0,5% au PIB du trimestre». Idem du côté des experts de Macroeconomic Adviser qui envisagent une crise de deux semaines: ce blocage budgétaire pourrait alors retrancher 0,3 point de croissance au PIB du 4e trimestre.

Le précédent de 1995

Oui, mais le «shutdown» de 1995 avait été limité par une série de mesures de compromis (treize en tout) qui avaient exempté certains secteurs (dont la défense, l'énergie, l'eau) du gel des dépenses. Au total, son coût avait été estimé à 1,5 milliards de dollars de l'époque.

D'où les sombres prévisions de Moody's Analytics: pour eux, un «shutdown» de trois semaines pourrait s'élever à 55 milliards de dollars cette fois-ci, soit 1,4 point de croissance du PIB américain. Un ordre de grandeur confirmé par Bank of America qui, dans une note, estime qu'un «shutdown» de deux semaines coûterait 0,5 point de PIB au quatrième trimestre, et que le manque à gagner pourrait atteindre 2 points de croissance si la paralysie des services publics durait un mois.

Cependant, une différence majeure avec le «shutdown» de 1995 réside dans le calendrier. Celui de 1995-1996 (en deux temps: six jours du 14 au 19 novembre puis 22 jours du 16 décembre au 6 janvier) intervenait en toute fin d'année. Cette fois, le «shutdown» intervient début octobre, à quelques jours d'une échéance cruciale.

Le plafond de la dette en ligne de mire

Le 17 octobre au plus tard, un accord doit intervenir au Congrès sur le relèvement du plafond de la dette (actuellement fixé à 16'700 milliards de dollars). «Si le plafond de la dette n'était pas relevé d'ici la mi-octobre (...), les Etats-Unis pourraient ne pas être en mesure de faire face à toutes leurs obligations», avertit Standard & Poor's. Les conséquences seraient alors bien plus désastreuses.

En plus de l'interdiction de dépense actuelle, le gouvernement fédéral se retrouverait en situation de défaut de paiement pour une partie des obligations. Les agences de notation sanctionneraient alors mécaniquement la dette américaine, dont la note actuelle de AA+ (dégradée en août 2011) auprès de Standard & Poor's passerait automatiquement à SD (Selective default). Une première dans l'histoire.

La confiance des Américains au plus bas

Les USA se retrouveraient dans la situation de pays aux finances exsangues, incapables d'assumer leurs échéances. Et la confiance des marchés financiers, jusque-là presque sans faille, pourrait voler en éclats. Une perspective qu'il ne faut pas exclure, certains Républicains proches du Tea Party ayant déjà annoncé vouloir utiliser ce levier pour forcer Barack Obama à renoncer à son projet de couverture médicale pour tous.

Plus que des bureaux fermés, c'est donc la confiance dans les institutions pour mener la conduite d'une politique favorable à l'économie qui est en jeu. En 2011, le débat acharné sur le relèvement du plafond de la dette avait fait chuter l'indice de confiance économique Gallup de 30 points. Or, selon ce même institut, la confiance des Américains dans leur Congrès atteint un plus bas historique.

Gare à la complaisance du marché

Sur le Foreign Exchange, ces difficultés vont également être lourdes de conséquences: mardi matin, le dollar a d'abord plongé avant de se reprendre au vu des perspectives avancées par les analystes d'un accord inéluctable avant le 17 octobre.

Frédérik Ducrozet, économiste pour Crédit Agricole CIB, met toutefois en garde contre cette «complaisance du marché»: «quand on est dans un scénario où tout semble écrit, c'est là que les choses peuvent déraper», avertit-il.

Créé: 01.10.2013, 17h56

Articles en relation

Le «shutdown» américain, qu'est-ce que c'est?

Etats-Unis Depuis minuit à Washington (6h en Suisse), l'Etat fédéral américain fonctionne au ralenti: faute d'un accord entre les deux chambres du Congrès sur le budget, certaines administrations sont paralysées. Plus...

Obama met en garde contre une paralysie des Etats-Unis

Budget américain Le président Barack Obama a mis en garde lundi contre les conséquences d'une paralysie de l'Etat fédéral pour les Américains, et a exclu de céder à la demande de «rançon» émanant selon lui des républicains au Congrès. Plus...

Les républicains défient Obama sur le budget

Etats-Unis Les républicains de la Chambre des représentants américaine prolongent l'épreuve de force sur le budget en rendant de plus en plus probable la paralysie de l'Etat fédéral mardi. Plus...

Faute de budget, l'Etat américain pourrait fermer dans 3 jours

Bras de fer Les républicains ont choisi l'épreuve de force samedi sur le budget, défiant Barack Obama et les démocrates à seulement trois jours d'une éventuelle fermeture de l'Etat fédéral, qui apparaissait de plus en plus probable. Plus...

Obama appelle le Congrès à adopter le budget 2014

Etats-Unis Le président américain a appelé vendredi le Congrès à adopter un budget pour 2014 et ainsi éviter la fermeture de services fédéraux. Il a répété qu'il ne céderait pas sur la réforme de la santé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.