La Suisse pointée du doigt pour l'opacité bancaire

Place financièreLes concessions et aménagements réglementaires effectués ces derniers mois dans le domaine bancaire n'ont pas convaincu l'ONG Tax Justice Network qui place la Suisse au top mondial de l'opacité financière.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Conventions avec l'OCDE, accords fiscaux avec les États-Unis, la France ou d'autres pays: la Suisse ne cesse de donner des signes de bonne volonté en matière de coopération sur les dossiers bancaires et fiscaux. Pourtant, tous ne sont pas convaincus: l'ONG «Tax Justice Network» (TJN, Réseau mondial pour la justice fiscale) place notre pays en tête de son classement sur l'opacité financière publié jeudi 7 novembre.

Dans le quatrième Index annuel sur l’opacité financière, la Suisse devance le Luxembourg, Hong-Kong, les Iles Caïman, Singapour, les États-Unis, le Liban, l’Allemagne, Jersey et le Japon.

La convention avec l'OCDE pour améliorer la situation

«La Suisse conserve une première place bien méritée dans notre indice», estiment les auteurs du classement. Ils reconnaissent des concessions dans le domaine de la transparence financière, notamment vis-à-vis des États-Unis, mais les efforts restent très limités selon eux.

Pour étayer son argumentaire, Tax Justice Network dénonce les manœuvres de la Confédération pour faire échouer les projets d'accords internationaux en matière de transparence: «Bien qu'elle ait signé de nouveaux traités permettant l'échange d'informations à la demande, elle a souvent extorqué des concessions pénibles en échange».

La situation n'est toutefois pas figée pour la Suisse: la récente signature de la convention fiscale avec l'OCDE pourrait, sous réserve de ratification, améliorer le regard que porte l'ONG sur la situation dans notre pays.

La City et les paradis de l'offshore

Au niveau international non plus, les progrès réalisés ces derniers mois ne convainquent pas Tax Justice Network.

Et d'autres pays sont dans le collimateur de l'ONG. En première ligne figure le Royaume-Uni, taxé d'hypocrisie par les auteurs du rapport: David Cameron, le premier ministre britannique, est accusé d'avoir menti en septembre devant la Chambre des Communes: «Il n’est plus correct de citer l’un de nos Territoires d'outre-mer ou l’une de nos Dépendances de la Couronne parmi les paradis fiscaux, car ils ont pris des mesures pour rendre leurs systèmes fiscaux loyaux et transparents», avait-il affirmé.

Or, les auteurs du rapport écrivent le contraire: le Royaume-Uni (21e du classement) aurait vu se développer une «British Connection», entre Londres et dix états ou dépendances satellites: Jersey, Guernesey, l’Ile de Man, les Iles Vierges, les Bermudes, Gibraltar, Anguilla, les Iles Turks et Caicos, Grenade et Montserrat. La City aurait tissé un réseau opaque alimentant ses trusts via des montages juridiques peu transparents, et en utilisant le droit britannique en vigueur dans ces enclaves.

Une lettre à la reine

«Ce réseau permet à la City de garder le business financier douteux à portée de main, tout en évitant d’en avoir la responsabilité quand un scandale éclate», selon Tax Justice Network. La place du Royaume-Uni, éloignée du podium dominé par la Suisse, ne doit pas faire illusion: les dispositifs imaginés entre la City et ses satellites représenteraient entre le tiers et la moitié du marché mondial des services offshore, chiffré 32'000 milliards de dollars d’actifs en tous genres dans le monde.

Un volume qui a poussé John Christensen, directeur de TJN, à écrire à la reine le 5 novembre pour lui demander d'agir en faveur d'une transparence accrue dans le domaine.

Créé: 07.11.2013, 13h33

Articles en relation

Voici les experts chargés de défendre la finance suisse

Place financière L'organe, dont la composition a été revue pour répondre aux demandes des banques et du Parlement, est dirigé par le professeur d'économie Aymo Brunetti. Plus...

«La Suisse doit négocier un échange d’information intéressé»

Evasion fiscale Martin Janssen, professeur à l'institut de banque et finance à l'Université de Zurich se montre critique dans le Tages-Anzeiger sur l'attitude d'Eveline Widmer-Schlumpf. Plus...

Le Luxembourg assouplit son secret bancaire

Finance Le Premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, a affirmé que son pays était prêt à assouplir le secret bancaire. Le Grand-Duché accepte l'échange automatique d'informations à partir du 1er janvier 2015. Plus...

«L’accord avec l’OCDE n’empêchera pas l’évasion fiscale»

Secret bancaire La signature de la convention de l'OCDE mardi constitue l'ultime salve contre le secret bancaire, selon Emmanuel Fragnière, professeur à HEG Genève. Mais, pour lui, cela n'empêchera pas l'évasion fiscale à l'avenir. Plus...

Berne fait un petit pas pour lutter contre l'argent sale

OCDE Le document signé mardi 15 octobre à Paris ne prévoit pas encore l'échange automatique de données bancaires. Pourtant la droite veut le torpiller. Décryptage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.