Passer au contenu principal

CréanciersTsipras annonce que la Grèce ne cédera pas

Les pourparlers avec les créanciers achoppent sur le refus de baisser les retraites et de libéraliser le marché du travail.

Alexis Tsipras a estimé qu'un accord devait être trouvé rapidement.
Alexis Tsipras a estimé qu'un accord devait être trouvé rapidement.
Keystone

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a assuré vendredi 15 mai que son gouvernement ne céderait pas sur certains points dans les négociations avec ses créanciers internationaux. Il a en outre estimé qu'un accord devait être trouvé rapidement après des mois de discussions.

Athènes pourrait rapidement se trouver à court de liquidités. Ses pourparlers avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) sur davantage de fonds achoppent sur le refus du gouvernement grec de baisser les retraites et de libéraliser le marché du travail.

Alexis Tsipras a précisé que les deux parties s'étaient mises d'accord sur des objectifs budgétaires et des taux de TVA. «Un accord doit être conclu, cela ne fait aucun doute. Ceci étant dit, certains ne peuvent pas garder à l'esprit que, avec le temps, la résistance grecque s'affaiblira», a-t-il dit lors d'une conférence.

Le Premier ministre a cependant indiqué qu'un accord avec les créanciers devrait englober une restructuration de l'énorme dette du pays (plus de 177% du PIB), ce à quoi l'UE est réticente, l'Allemagne en particulier. Il a indiqué que depuis le mois d'août dernier, le pays a remboursé 17,5 milliards d'euros de prêts à ses créanciers sur ses seules ressources.

Réformes rapides

De son côté, Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, a déploré vendredi le temps perdu dans les négociations entre la Grèce et ses créanciers. Interrogé par le quotidien allemand Bild, il a demandé à Athènes de présenter rapidement ses projets de réforme.

«Nous avons perdu beaucoup de temps», a-t-il ajouté. «Maintenant, les négociations progressent, mais il faut accélérer. Les nouveaux versements d'aide ne pourront avoir lieu qu'une fois que la Grèce aura terminé la prochaine phase de son programme de réformes.»

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.