L'Argentine émet 12,5 milliards d'obligations

Fonds «vautours»Le parlement argentin a donné son feu vert à cet emprunt pour régler le vieux contentieux avec les fonds spéculatifs.

Image prétexte - vue sur Buenos Aires - 2014

Image prétexte - vue sur Buenos Aires - 2014 Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour solder son vieux contentieux sur la dette avec les fonds «vautours», l'Argentine lance lundi une émission d'obligations pour au moins 12,5 milliards de dollars (12,09 milliards de francs), marquant le retour de Buenos Aires sur les marchés internationaux de capitaux.

Le gouvernement argentin devait préciser lundi le montant de l'emprunt. Le parlement a donné son feu vert à 12,5 milliards d'endettement pour indemniser les fonds spéculatifs, mais le gouvernement argentin pourrait lever jusqu'à 15 milliards (14,5 milliards de francs), afin de financer des projets d'infrastructures dans le pays.

Les banques Deutsche Bank, HSBC, JP Morgan, Santander, BBVA, Citigroup et UBS ont été retenues pour l'opération, qui devrait débuter lundi après-midi et être bouclée mardi.

L' Argentine «de retour»

«L'Argentine est de retour», a célébré le ministre argentin des Finances, Alfonso Prat-Gay, depuis Washington, où il participait à une réunion du FMI et de la Banque mondiale.

«Nous avons encore du chemin à faire, mais on voit de la lumière au bout du tunnel», estime le politologue Sergio Berensztein, avertissant que les «transformations» opérées par le nouveau président de centre-droit Mauricio Macri ne porteront par leurs fruits du jour au lendemain.

Au lendemain de la crise économique de 2001, les gouvernements de Nestor Kirchner (2003-2007) puis de son épouse Cristina (2007-2015) se sont tenus à l'écart des marchés de capitaux, parvenant à désendetter le pays grâce notamment au produit des exportations agricoles, en plein boom des matières premières.

Note relevée

Vendredi, Moody's a relevé la note de l'Argentine, mais elle ne pourra pas bénéficier de taux d'intérêts avantageux. Selon s'il s'agit de contrats sur 5, 10 ou 30 ans, les taux d'intérêts devraient se situer entre 7 et 9%.

D'après les milieux économiques, l'émission des bons pourrait rencontrer un grand succès auprès des Argentins, car les sommes investies sont exemptées d'impôts.

Fin mars, Buenos Aires et les fonds «vautours» ont conclu un accord pour mettre un terme à un vieux conflit et solder définitivement les comptes de la crise économique de 2001 et du défaut de paiement de la 3e économie d'Amérique latine.

Avant, la précédente administration refusait d'appliquer la décision de la justice américaine sommant l'Argentine de payer 100% de la valeur des titres.

75% pour les fonds spéculatifs

Alors que 93% des créanciers privés de l'Argentine, pour permettre au pays de se relancer après la crise, ont accepté de ne toucher que 30 à 40% des sommes exigibles, les fonds spéculatifs ayant engagé des procédures en justice vont finalement encaisser 75% de la valeur des bons.

Parmi eux, des fonds «vautours» avaient racheté la dette à prix cassés. Le fonds NML du milliardaire Paul Singer, proche des républicains, devrait rafler plus d'un milliard de dollars, pour un investissement initial inférieur à 100 millions de dollars.

Le nouveau gouvernement argentin avait fait une priorité de parvenir à un règlement, même coûteux, avec les derniers créanciers en conflit avec l'Argentine, afin de donner confiance à d'éventuels investisseurs.

Orthodoxie économique

Au pouvoir depuis le 10 décembre, Mauricio Macri a engagé des réformes pour remettre le pays sur le chemin de l'orthodoxie économique, en rupture avec les politiques protectionnistes de ses prédécesseurs Nestor et Cristina Kirchner.

Samedi, le président a annoncé une série de mesures sociales pour les retraités et les foyers les plus touchés par l'inflation. Les prix ont bondi de 12% au premier trimestre et la consommation chute, les salaires n'ayant pas encore été ajustés selon le mécanisme obligatoire destiné à compenser la hausse des prix.

Retour à la croissance pour 2017

«L'inflation nous frappe encore aujourd'hui. Mais je suis très optimiste, nous sommes sur le bon chemin», a déclaré Mauricio Macri.

Après une croissance de 2,1% en 2015, le ministre des Finances prévoit que la croissance de l'économie en 2016 «sera proche de zéro», et «entre 3,5 et 4 points» en 2017.

Une fois les fonds dans les caisses de l'Etat argentin, le paiement aux fonds «vautours» est programmé pour vendredi. (afp/nxp)

Créé: 18.04.2016, 06h21

Articles en relation

L'Argentine prend des mesures anti-inflation

Lutte contre la pauvreté Le contexte économique du pays américain est particulièrement difficile, avec une inflation forte. Plus...

Feu vert pour l'accord fonds «vautours»

Argentine Le Parlement argentin a validé jeudi la loi qui doit permettre de tourner la page du défaut de paiement de 2001. Une victoire pour le nouveau président Mauricio Macri. Plus...

«Fonds vautours»: vers un accord avec l'Argentine

Dette Le géant d'Amérique latine est en négociation depuis plusieurs mois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.