Avis de tempête sur l'horlogerie suisse

HorlogerieLes exportations dégringolent depuis quatre mois: moins 12% en octobre. Les montres connectées ne sont pas mises à l’index.

La valeur des exportations horlogères suisses de 2009 à 2015. (Source: Administration fédérale des douanes, publication par la Fédération horlogère).

La valeur des exportations horlogères suisses de 2009 à 2015. (Source: Administration fédérale des douanes, publication par la Fédération horlogère). Image: GL. Données, JM Corset. Source FH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous n’avons pas d’éléments pour dire que nous sommes affectés par les montres connectées», remarque Jean-Daniel Pasche, président la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH). Celle-ci publiait jeudi les statistiques douanières des exportations horlogères suisses: elles enregistrent pour le quatrième mois consécutif une baisse. Un recul notable sur octobre puisqu’il est de 12,3%, à 2 milliards de francs. Pour les dix premiers mois de 2015, la baisse est de 3,2% comparativement à 2014.

Le fait que la baisse affecte moins l’entrée de gamme, soit en dessous de 200 francs, est un indice pour le président de la FH qu’il n’y a pas lieu d’accuser les smartwatches de la situation difficile vécue par les horlogers helvétiques. Il faut préciser qu’il s’agit là d’une gamme de prix comparable puisqu’on parle des prix à l’export et non à la vente chez le distributeur. Ce sont les segments compris entre 200 et 500 francs et au-dessus de 3000 francs qui ont le plus souffert, avec des replis de plus de 13%.

Le coup de froid persistant depuis juillet est donc bien lié en priorité à la conjoncture. Premier marché des horlogers suisses, Hongkong a enregistré sa plus forte baisse de l’année (-38,5%), poursuivant sa «spirale négative». Les explications restent les mêmes depuis l’an dernier: marasme économique, baisse du nombre de touristes chinois, restrictions des visas de groupes.

Situation inquiétante mais pas de crise

La déception vient des Etats-Unis, qui représentaient un marché prometteur en début d’année et qui enregistrent une diminution de 12,2% en octobre. Sur les dix premiers mois, les exportations sont encore légèrement positives (+0,1%). La Chine (-5,1%) semble, elle, redresser la barre, selon la FH. Tandis que l’Europe (+3%) tient un cap positif, même s’il faut s’inquiéter pour la France, pays phare en octobre (+7,1%). La baisse du tourisme ne manquera pas d’affecter ce pays.

Les derniers chiffres, qui confirment le recul attendu cette année, comparativement à 2014, pourraient donc continuer de toucher cette industrie en matière d’emploi. «La situation est inquiétante mais on ne parle pas de crise, relève Romain Galeuchet, chargé de communication de la Convention patronale de l’industrie horlogère. Le problème pour beaucoup d’entreprises est qu’elles n’ont pas de vision sur l’évolution des commandes. La sous-traitance et les fournisseurs sont surtout touchés.»

60 000 emplois dans la branche

Romain Galeuchet observe que la situation n’est en rien comparable avec celle de 2009 qui a suivi la crise financière mondiale. Près de 4200 emplois ont alors été perdus dans l’industrie horlogère, l’effectif total retombant à 49 000 à la fin de septembre 2009. Mais durant les quatre années qui ont suivi, plus de 10 000 postes ont été créés, «une progression phénoménale», portant les effectifs à plus de 60 000. La situation difficile devrait se prolonger en 2016, selon lui. «On s’attend à un tassement, au pire à une légère baisse des emplois», estime néanmoins le responsable de la convention patronale.

Créé: 20.11.2015, 11h26

Les exportations horlogères ont plus que doublé entre l'an 2000 et l'an dernier, passant de 10,3 milliards à plus de 22 milliards de francs, indique les séries statistiques consultables sur le site de la Fédération horlogère suisse. Hongkong est le premier marché avec 4,1 milliards de francs, suivi des Etats-Unis et de la Chine, du Japon et de l'Italie.

Articles en relation

La série noire se poursuit dans le secteur horloger

La Chaux-de-Fonds L'entreprise chaux-de-fonnière Monnier, active dans le décor des pièces d'horlogerie et la galvanoplastie, prévoit de licencier 22 de ses 75 employés, selon L'Impartial et L'Express. Plus...

Richemont biffe des postes à Meyrin

Horlogerie Le groupe de luxe supprime 85 emplois chez Stern Cadrans. Ces activités seront relocalisées chez Pro Cadran à La Chaux-de-Fonds. Plus...

Soixante licenciements chez Gilbert Petit-Jean

Horlogerie Les ateliers Gilbert Petit-Jean aux Brenets (NE) ont finalement procédé lundi au licenciement de 60 personnes, soit 12 de moins qu'annoncé il y a un mois. Plus...

« Il faut 600'000 francs pour lancer une marque »

Horlogerie Editorial Un Français et un Allemand ressuscitent Czapek, qui s’associa en 1839 avec Patek, à Genève. Plus...

A New York, TAG Heuer connecte l’horlogerie suisse au futur

Horlogerie CEO de la marque, Jean-Claude Biver a dévoilé la montre connectée développée avec Intel et Google. En douze mois! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...