L'avocat d'Hervé Falciani marque un point

Tribunal pénal fédéralLe procès d'Hervé Falciani s'est poursuivi mercredi à Bellinzone avec les témoignages de quatre ex-collègues de l'accusé.

Le procès d'Hervé Falciani se poursuit à Bellinzone.

Le procès d'Hervé Falciani se poursuit à Bellinzone. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le contexte des défaillances reprochées à la banque HSBC, l'avocat d'office d'Hervé Falciani, Me Marc Henzelin, a marqué un point. Il a obtenu ce mercredi que la Cour des affaires pénales verse au dossier un rapport critique qui avait été adressé en février dernier par la direction d'HSBC Londres à ses clients.

Selon Me Henzelin, «les déficiences pointées par ce rapport montrent qu'Hervé Falciani n'a pas piraté la banque mais qu'il a pu bénéficier d'informations dont il disposait et qu'il a décidé de les transmettre à des Etats tiers. Ces défaillances montrent qu'HSBC avait des problèmes structurels extrêmement graves», a ajouté l'avocat genevois.

L'audition des 4 ex-collègues de l'accusé a porté sur les failles qui ont permis à l'accusé de piller des données d'HSBC et sur les mesures prises par la banque après son licenciement.

Ordinateur venu de Monaco

Interrogé par le Tribunal pénal fédéral, un informaticien d'HSBC, qui avait été un proche collaborateur d'Hervé Falciani, a déclaré que l'accusé était venu travailler à Genève avec le même ordinateur portable qu'il avait utilisé précédemment à HSBC Monaco. «Cet ordinateur n'était pas aux normes», a affirmé le témoin.

Il permettait à Hervé Falciani d'être son propre administrateur et donc d'installer des logiciels externes, ce qui n'était pas possible sur les portables fournis par HSBC Genève à ses employés. De plus, les ports USB de son portable n'étaient pas bloqués, a-t-il révélé.

Hervé Falciani avait été engagé en 2004 pour établir une base de données servant à gérer les relations avec les clients, contenant entre autres les dates d'anniversaire de ceux-ci, avait expliqué auparavant un autre témoin, un ex-directeur du développement informatique d'HSBC, devenu depuis responsable à l'Etat de Genève.

Au bout de dix-huit mois, le projet sur lequel Hervé Falciani travaillait avait été abandonné, HSBC préférant reprendre une base de données déjà établie par la banque Guyerzeller, entité du groupe HSBC. Hervé Falciani avait été déçu, mais avait su rebondir, surtout qu'à l'époque les banques privées étaient en plein essor et que le travail ne manquait pas.

Portrait flatteur

«L'aide apportée par ce garçon allait dans le bon sens», a ajouté l'un des témoins. Interrogé sur l'attitude d'Hervé Falciani, l'ex-directeur du développement informatique d'HSBC a assuré qu'il n'avait pas connaissance de déclarations du prévenu faisant ouvertement état de dysfonctionnements au sein des services informatiques de la banque.

Le séisme provoqué par la divulgation des données copiées par Hervé Falciani et leur remise aux autorités fiscales étrangères, françaises, après le licenciement d'Hervé Falciani, ont précipité l'adoption de mesures de sécurité. Elles vont du blocage d'e-mails externes au contrôle du passé des employés qui ont accès aux données sensibles, a précisé son ex-collègue.

Sur un plan plus personnel, les témoignages ont donné mercredi un portrait assez flatteur d'Hervé Falciani. L'ancien directeur du département de développement informatique d'HSBC a déclaré que l'accusé avait été un «garçon très sociable» et un «bon technicien».

«Hervé Falciani aimait dire qu'il avait des idées et avait un besoin de reconnaissance. Il disait qu'on n'allait pas assez vite. Ce sont des choses qui m'ont été rapportées», a déclaré l'ex-directeur.

Ex-maîtresse attendue

Le témoignage d'une ex-maîtresse de M. Falciani, qui l'avait accompagné à Beyrouth lorsqu'il s'était approché de banques libanaises, est attendu jeudi. L'incertitude plane toutefois sur sa venue à Bellinzone. Le procès devrait se terminer vendredi avec le réquisitoire du procureur et les plaidoiries de la défense et des parties civiles.

Hervé Falciani est accusé de service de renseignements économiques, de soustraction de données et de violation du secret commercial et bancaire. Il a livré à la France le nom des trois quarts environ des clients privés de la banque HSBC.

La divulgation de ces données a eu un impact sans précédent. Elle a permis à un consortium de plusieurs médias de révéler que près de 120 milliards de dollars auraient transité par la banque HSBC dans le but d'échapper à l'impôt ou pour être blanchis via des sociétés-écrans. (ats/nxp)

Créé: 04.11.2015, 18h50

Galerie photo

La liste Falciani

La liste Falciani La liste HSBC volée par Hervé Falciani et transmise aux autorités fiscales françaises a été analysée par l'administration hexagonale et révélée par "Le Monde".

Articles en relation

Procès Falciani: un ex-directeur d'HSBC témoigne

Bellinzone Divers témoins ont été appelés mercredi à la barre du Tribunal pénal fédéral dans le procès de l'ancien employé de HSBC. Plus...

Des témoins laconiques au procès d'Hervé Falciani

Bellinzone Un enquêteur de la police judiciaire fédérale, un de ses ex-collègues passé au service du Vatican et un avocat consulté par l'accusé en 2007 ont comparu. Plus...

Hervé Falciani jugé par défaut à Bellinzone

SwissLeaks Comme il l'avait annoncé à Divonne, l'ex-informaticien ne s'est pas présenté à Bellinzone. Le procès s'est néanmoins ouvert. Plus...

Falciani n'a pas confiance en la justice suisse

SwissLeaks L'ancien informaticien de HSBC a tenu une conférence de presse mercredi à Divonne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.