Passer au contenu principal

Ces banques qui résistent à un an de taux négatifs

La mesure imposée par la BNS a touché les établissements de manière très diverse. Tour d’horizon

«L’Union des banques cantonales suisses (UBCS) ne voit pas de nécessité à exiger à court terme de la Banque nationale suisse (BNS), ou de la Confédération, un changement de stratégie en lien avec les taux d’intérêt négatifs et le franc fort», indiquait vendredi son président Urs Müller dans le cadre de la rencontre annuelle entre l’UBCS et les médias. «Nous ne souffrons pas directement, en tant que banques de détail, des taux négatifs; le poids en est supporté par les citoyens suisses et par les grands clients institutionnels des banques, comme les caisses de pension», a-t-il ajouté. Le représentant des banques cantonales a toutefois tenu à lancer un appel «pour qu’une large discussion s’engage en Suisse afin d’étudier quelles seraient les alternatives aux taux d’intérêt négatifs». Sous quelle forme? «Je ne peux pas encore le dire exactement», a-t-il répondu.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.