Passer au contenu principal

ViticultureBayer dédommagera les vignerons

Le groupe allemand va rembourser les dégâts supposément dus à son fongicide «Moon Privilege».

Willy Deladoëy, président de la Fédération suisse des vignerons (FSV), dans ses vignes, à Bex (VD).
Willy Deladoëy, président de la Fédération suisse des vignerons (FSV), dans ses vignes, à Bex (VD).
Keystone

Bayer dédommagera les vignerons suisses supposément lésés par le fongicide «Moon Privilege» développé par le groupe, a-t-il indiqué mardi. Les viticulteurs se disent plutôt contents de cette annonce. Un procès contre Bayer pourrait même être évité.

Mardi, le président ad intérim de la fédération des vignerons, Willy Deladoëy a qualifié le geste de Bayer de «très bon signe». Les producteurs ont été informés de la décision du groupe pharmaceutique et chimique par courrier le même jour.

Bayer leur indiquait que les indemnités seraient calculées sur la base du manque à gagner du chiffre d'affaires. Mais aucun montant n'était toutefois précisé. Le vigneron de Bex (VD), voit néanmoins d'un bon oeil que les dédommagements soient versés rapidement, a-t-il indiqué à l'ats.

Quelques-uns des 900 producteurs touchés ont perdu une grosse partie de leur raisin. Et en raison de la situation tendue du marché du vin, ils ne disposent pas des liquidités nécessaires pour acheter des fruits aux autres viticulteurs. La branche viticole essaie donc actuellement de connaître dans les différentes régions le nombre de vignerons nécessitant un soutien financier.

Le tribunal pas exclu

L'annonce de dédommagement de Bayer pourrait éviter des procédures judiciaires, selon le président ad interim. Mais la décision ne dépend pas de la fédération.

Dans le cas d'un contentieux juridique, chaque vigneron devrait déposer plainte eux-mêmes, selon le droit suisse. Il n'est donc pas exclu que quelques-uns se rendent au tribunal, s'ils ne s'accordent pas avec la firme sur le montant des indemnités, explique Willy Deladoëy. Cela dépend maintenant de ce que Bayer proposera.

Pour l'heure, l'entreprise chimique et pharmaceutique a annoncé mardi qu'elle souhaite soumettre des offres individuelles aux différents vignerons touchés, probablement dans le premier trimestre 2016. Mais le service média de Bayer Suisse n'a, là non plus, pas souhaité articuler de montants.

Plusieurs causes aux anomalies

Quelque 900 producteurs ont découvert au début de l'été que les feuilles des vignes étaient déformées et que les baies ne poussaient pas. Très rapidement, le fongicide du groupe Bayer «Moon Privilège», homologué en 2012, a été soupçonné d'être à l'origine des problèmes.

La preuve manque, mais Bayer a aussitôt appelé à ne plus utiliser le produit alors que la Confédération suspendait son autorisation. L'enquête se poursuit toujours. Mais d'après les dernières données, les anomalies de croissance sont la conséquence de plusieurs éléments lors du démarrage de la saison en 2014, écrit Bayer.

Il semble que des anomalies soient apparues majoritairement lorsque le fongicide a été dispersé dans une phase tardive de la croissance de la vigne et alors que la météo était très pluvieuse. Actuellement les dégâts sont systématiquement recensés.

Récolte amputée de presque 5 %

La fédération des vignerons avait indiqué fin septembre à l'ats, qu'en raison du fongicide, la récolte habituelle était amputée de 4,85 %. Cela représente une perte de 6,65 millions de kilogrammes de raisins.

Avec un prix d'achat de 4 francs par kg, la perte globale atteindrait environ 26,6 millions de francs, avait calculé la fédération. Pour les vins, les manques à gagner sur le chiffre d'affaires sont entre trois et quatre fois supérieurs. La branche viticole s'attend à une contraction des revenus de quelque 80 millions de francs.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.