La BCE arrête ses rachats d'actifs fin décembre

Politique monétaireLa Banque centrale européenne (BCE) va réduire ses rachats d'actifs à partir d'octobre avant de les arrêter à fin décembre.

La BCE mettra fin cette année à son programme de rachat d'actifs.

La BCE mettra fin cette année à son programme de rachat d'actifs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Banque centrale européenne arrêtera à la fin de l'année son vaste programme de rachats d'actifs, pour peu que les prochains mois «confirment» la progression de l'inflation en zone euro, a-t-elle annoncé jeudi.

Guettée depuis des mois, cette sortie progressive du «QE», c'est-à-dire du rachat massif par la BCE de dettes publiques et privées, passera par une décrue de son rythme entre octobre et décembre, à 15 milliards d'euros mensuels contre 30 milliards actuellement.

Réunie à Riga, en Lettonie, la Banque centrale européenne se ménage toutefois la possibilité de changer de cap, conditionnant l'abandon du QE à des données «confirmant les perspectives d'inflation» de son conseil des gouverneurs «à moyen terme».

Annoncé en janvier 2015, ce programme destiné à sauver la zone euro de la déflation a commencé par des achats de grande envergure d'obligations émises par des Etats, suivis à partir de la mi-2016 de dettes d'entreprises.

Des flots de liquidités

Au vu de la meilleure santé de l'économie, le QE a déjà été réduit par paliers, passant fin 2016 de 80 à 60 milliards d'euros mensuels, puis de 60 à 30 milliards d'euros depuis janvier.

Il a permis à la BCE de déverser à ce jour plus de 2400 milliards d'euros de liquidités sur le marché, pour favoriser le financement des ménages et des entreprises afin qu'ils stimulent la croissance et l'inflation.

Même après la fin des achats «nets» sur le marché, l'institution de Francfort gardera une politique de soutien à l'économie, notamment en renouvelant à leur échéance ses obligations anciennes.

Elle ne relèvera par ailleurs ses taux d'intérêt que «bien après» la sortie du QE, c'est-à-dire au plus tôt à la fin de l'été 2019, a-t-elle précisé jeudi.

Jeudi, le principal taux de refinancement a été maintenu à zéro, tandis que les banques vont continuer à payer auprès de la BCE un intérêt négatif de 0,40% pour les liquidités dont elles n'ont pas l'utilité immédiate. (ats/nxp)

Créé: 14.06.2018, 14h37

La BCE moins optimiste sur la croissance

La Banque centrale européenne a abaissé jeudi sa prévision de croissance pour 2018 en zone euro, à 2,1% contre 2,4% auparavant, mais attend désormais une inflation à 1,7% cette année et l'an prochain, contre 1,4% auparavant.

Articles en relation

La Fed relève ses taux d'intérêts

Etats-Unis Résolument optimiste sur les fronts de la croissance et de l'emploi, la Banque américaine a fixé ses taux d'intérêts entre 1,75% et 2%. Plus...

La Fed s'apprête à relever les taux encore une fois

Etats-Unis Les marchés liront soigneusement le communiqué de la banque centrale américaine afin de détecter tout changement de vocabulaire annonciateur de la politique monétaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...